Auteur/autrice : Vincent L

Vincent Lecomte
[Dossier] Le format WebP sur WordPress

[Dossier] Le format WebP sur WordPress

Suite à la lecture d’un article du site Cachem, je suis passé au format d’images WebP sur mes deux blogs WordPress. Ce format existe depuis 2010 et est désormais plutôt bien supporté par les navigateurs récents. Quant à Internet Explorer, il est tout simplement incapable d’afficher ces images. L’un des avantages du WebP est qu’on réduit significativement la taille des images, ce qui permet de les charger plus rapidement.

Pour effectuer une transition sans accroc je suis passé par l’extension WebP Express. Celle-ci est très complète et permet notamment de décider quel format d’image afficher en fonction du navigateur. Elle convertit également les images lors de l’upload. Cependant, sa prise en main n’est pas forcément aisée, déjà parce qu’elle n’est pas traduite en français, mais aussi parce qu’elle propose énormément de paramètres.

Réglages

Depuis l’administration de WordPress, rendez vous dans Réglages puis WebP Express.

Mode de fonctionnement

Dans mon cas, j’ai choisi la méthode « Varied image responses » qui me permettra de fournir la bonne image en fonction du navigateur. Comme je n’utilise pas de CDN, et comme je n’ai pas voulu me prendre la tête avec trop d’options à configurer, c’est ce qui semblait être le meilleur choix.

Général

Depuis cette catégorie, il faudra tout d’abord indiquer la portée (paramètre Scope). L’extension peut gérer les thèmes. Dans mon cas j’ai préféré m’en tenir aux images Le seque j’envoie via la médiathèque de WordPress (paramètre « Uploads only« ).

Le second paramètre à définir concerne les types de fichiers sur lesquels l’extension doit travailler. Autant voir grand et choisir à la fois PNG et JPG.

Ensuite il faut déterminer où les images seront stockées. Le mode « Mingled » indique que les images se trouvent dans le même dossier, côte-à-côte. Le paramètre suivant, « File extension« , indique si on utilise le nom du fichier suffixé par « .webp » ou s’il faut utiliser le nom complet et l’extension originale en y rajoutant « .webp ». Par facilité j’ai choisi « Set to .webp » pour avoir des noms d’image parfaitement identiques.

Enfin les options suivantes importent peu. Je les ai donc laissées par défaut. Je n’ai pas défini la politique de cache (celle-ci est gérée par une autre extension sur mon blog).

Règles du fichier .htaccess

L’extension vous propose d’activer les deux premiers modes, mais dans le cas où il resterait des images non converties sur votre blog, la première suffira (à savoir « Enable direct redirection to existing converted images« ).

Si vous n’avez pas l’extension Apache mod_header activée sur votre hébergement, cela pourrait ne pas fonctionner correctement.

Conversion

L’extension propose des paramètres pour gérer la qualité de la conversion des images. Il est même possible de modifier l’ordre des méthodes de conversion en fonction de ce qui est disponible sur votre hébergement.

Dans mon cas j’ai également coché la case « Convert on upload » pour activer la conversion à partir de l’outil d’upload de WordPress. Attention que cela a un impact sur les performances d’envoi, en fonction des miniatures à générer.

Altérer le code HTML

La dernière option permet de modifier le contenu de la page pour l’affichage des images en WebP. L’auteur recommande d’activer l’option en plus de la redirection via .htaccess.

Pour maximiser la compatibilité avec de vieux navigateurs, j’ai coché l’option « Replace image URLs » ainsi que « Only do the replacements in webp enabled browsers« .

Le dernier paramètre modifie le comportement de l’extension lors de la modification du code. La première option, « Use content filtering hooks« , est recommandée d’après la bulle d’aide affichée.

Conclusion

L’extension offre de multiples possibilités pour convertir et gérer vos images au format WebP pour votre site WordPress. Si vous avez des commentaires ou si vous connaissez bien WebP Express, n’hésitez pas à donner vos astuces de configuration pour en améliorer le comportement.

[Windows 11] Désactiver les widgets

[Windows 11] Désactiver les widgets

Dans Windows 11, si vous souhaitez désactiver les widgets et ne plus afficher l’icône dans la barre des tâches, il y a deux étapes très simples à suivre.

Windows 11: Désactiver les widgets

La première étape consiste à supprimer l’icône de la barre de tâches. Pour cela, effectuez un clic droit sur une zone vide de celle-ci puis cliquez sur Paramètres de la barre de tâches. Vous pouvez aussi y accéder via les paramètres, catégorie Personnalisation, sous-catégorie Barre des tâches.

Windows 11: Désactiver les widgets

Dans la fenêtre de personnalisation, modifiez le paramètre d’affichage des widgets et placez le commutateur sur Désactivé. Le bouton devrait disparaitre instantanément de la barre de tâches.

La seconde étape consiste à modifier un paramètre dans le registre afin d’éviter que le processus lié aux widgets ne se charge à l’ouverture de votre session. La manipulation est assez simple à réaliser.

L’astuce a été donnée par l’utilisateur Ghot sur le forum ElevenForum. Un grand merci à lui !

Tout d’abord, lancez l’éditeur de registre à partir de la commande regedit puis saisissez la clé suivante dans la zone de texte sous les menus :

HKEY_CURRENT_USER\Software\Microsoft\Windows\CurrentVersion\Dsh

Appuyez sur Entrée pour afin que l’éditeur bascule immédiatement la vue sur cette clé.

Windows 11: Désactiver les widgets

Sur la droite vous verrez alors un paramètre nommé « IsPrelaunchEnabled« . Par défaut, celui-ci est à 1. Double-cliquez sur le nom et modifiez la valeur à 0. Validez par OK. Au redémarrage de votre machine, les widgets seront totalement désactivés et le processus lié à ceux-ci ne sera plus chargé à l’ouverture de la session.

Le commutateur disponible dans la fenêtre de personnalisation de la barre de tâches sera, quant à lui, indisponible. Pour revenir en arrière il faudra retourner dans l’éditeur de registre afin de restaurer la valeur précédente.

A lire aussi

[Windows 11] Découverte en images

Le nouveau système d’exploitation de Microsoft est sorti mardi. Je n’ai pas attendu bien longtemps avant de l’installer sur ma machine principale. Et quand ça marche bien, il faut le dire. C’est pourquoi je vous propose une découverte de Windows 11 en images avec quelques explications, tout en mentionnant ce qui plait ou déplait. Revenons […]

0 commentaire
[Windows 11] Découverte en images

[Windows 11] Découverte en images

Le nouveau système d’exploitation de Microsoft est sorti mardi. Je n’ai pas attendu bien longtemps avant de l’installer sur ma machine principale. Et quand ça marche bien, il faut le dire. C’est pourquoi je vous propose une découverte de Windows 11 en images avec quelques explications, tout en mentionnant ce qui plait ou déplait.

Windows 11 découverte en images: bureau

Revenons tout d’abord un bref instant sur l’installation. Dans mon cas il s’agissait d’une mise à niveau depuis Windows 10, ce qui est légèrement différent. Et surtout, cela ne se passe visiblement pas très bien chez tout le monde. La mise à niveau a été assez rapide chez moi, une trentaine de minutes téléchargement compris.

Bureau, menus, fenêtres et explorateur

J’ai ensuite retrouvé mon compte et mon bureau tels quels. Rien n’avait bougé, mais on remarque évidemment tout de suite le nouveau menu démarrer, avec les icônes au centre. Un clic droit sur la barre de tâches permet de constater que certains éléments ont disparu (dont l’accès au gestionnaire des tâches). Le menu affiché à l’aide des touches Windows + X permet de retrouver cette option.

Après plusieurs recherches, on peut en fait effectuer un clic-droit sur le menu démarrer pour obtenir le menu en question.

Windows 11 découverte en images: menu démarrer

Le nouveau menu démarrer est très sobre. On y retrouve un champ de recherche dans la partie supérieure, ensuite les éléments épinglés (ainsi qu’un bouton pour afficher toutes les applications), et les recommandations. L’icône de recherche est toujours présente dans la barre de tâches.

Windows 11 découverte en images: notifications

En cliquant sur l’horloge à côté de la zone des icônes système, dans le coin inférieur droit, cela affiche le centre de notifications ainsi que le calendrier. Un bouton « Effacer tout » permet de retirer les éléments affichés.

Menus contextuels

Parmi les autres refontes graphiques, les menus contextuels ont adopté des bords arrondis et les éléments sont bien plus espacés entre eux. Cela devrait plaire aux utilisateurs d’écrans tactiles. Ces bords arrondis se retrouvent également sur les fenêtres des applications.

Microsoft a ajouté un bouton « Afficher plus d’options« , qui affiche… un second menu contextuel, reprenant des options existantes dans Windows 10, et qui font doublon dans le nouvel environnement. Bizarre!

Windows 11 découverte en images: explorateur

L’explorateur Windows a enfin adopté un nouveau look et ce n’est pas plus mal, par contre il manque toujours la possibilité d’y avoir des onglets. Mais on notera cette volonté d’évolution pour s’adapter aux différents périphériques disponibles sur le marché. Dommage que Microsoft ne soit pas allé plus loin dans la démarche.

Paramètres du système

Le menu démarrer propose un raccourci vers les paramètres du système, dans les éléments épinglés. Un gros travail a été fait sur cette section et cela se voit directement.

Paramètres

Les différentes catégories de paramètres ont été revues et réorganisées. Si vous venez de Windows 10 cela ne devrait pas vous perturber de trop, mais il y a beaucoup de choses qu’on ne retrouve plus exactement au même endroit.

La gestion des applications a déjà beaucoup fait parler d’elle puisque Microsoft a rendu plus compliquée la sélection du navigateur par défaut. En août, ce mécanisme avait déjà été détaillé par de nombreux sites (dont par exemple ZDNet). On peut supposer qu’il s’agit d’une astuce de Microsoft pour dissuader de changer de navigateur internet.

Applications

Microsoft fait évoluer quelques applications, dont son Store.

Store

Le magasin d’applications fait donc peau neuve. Il avait été mis en avant plusieurs fois lors des différentes présentations du système. Les mises à jour et la gestion des téléchargements se font désormais depuis la « Bibliothèque » (en bas à gauche). On retrouve également trois catégories principales : applications, gaming et films/TV, et une zone de recherche dans la barre de titre.

Paint

Microsoft ne dit en revanche pas adieu à des applications comme le bloc-notes, mais les fait évoluer doucement. On notera également de gros changements dans l’interface de Paint, pour mieux s’intégrer à la nouvelle charte graphique. Les utilisateurs des premières versions de Windows suivent sans doute cela avec une attention particulière.

En creusant un peu, on remarquera très vite qu’il reste des éléments venant des versions plus anciennes de Windows (comme des boites de dialogue d’impression ou bien encore le fameux panneau de configuration). C’est là qu’on voit qu’il ne s’agit pas vraiment d’une refonte complète et c’est un peu dommage. On reste sur notre faim!

Conclusion

Après ces quelques premiers pas sous Windows 11, on peut dire que Microsoft avance dans la bonne direction. Cependant la firme ne sait pas dire au revoir au passé et il subsiste des éléments des anciens système et dont on pourrait enfin se passer. Le but avec Windows 10 était d’uniformiser le tout et cela n’a jamais été fait. L’objectif n’est pas encore atteint ici.

Cependant on prend plaisir à explorer les différentes catégories de paramètres, comme on prend plaisir à découvrir le nouveau look du système. Certaines applications ont adopté un nouveau design, parfois de nouvelles fonctionnalités, et sont bien plus agréables à utiliser. En revanche, on espère que cela aille plus loin, sans pour autant devoir passer à une douzième version.

Il faudra malheureusement souligner les problèmes de jeunesse, même quand on repart d’une base plutôt stable qu’est Windows 10. Le processus de mise à niveau peut s’avérer compliqué pour certaines personnes, les poussant alors à faire une installation propre. Tout n’est donc pas encore parfait, mais ne demande qu’à être corrigé au fil des années.

On soulignera également la problématique des processeurs – et nombreuses machines en général – qui ne sont malheureusement pas pris en charge, à cause des exigences imposées par Microsoft. La firme a joué la carte d’un système plus sûr, mais cela suffira-t-il à convaincre ? Les réfractaires peuvent bien entendu continuer à utiliser Windows 10 dont le support prendra fin en 2025.

A lire aussi

Souvenez-vous, Windows 10 c’était en 2015 :premiers pas sous Windows 10

J’espère que vous apprécié cette découverte en images de Windows 11. Bonne utilisation !

[Info] Changement d’hébergeur

[Info] Changement d’hébergeur

Bien que cela ait été plutôt transparent, vous apprendrez que j’en ai profité pour déménager mes blogs chez o2switch. Après de nombreuses recherches, cet hébergeur français m’avait tapé dans l’œil. Son offre unique est plutôt intéressante : il s’agit d’un « tout illimité » proposé à 5 euros / mois, avec domaine inclus.

Changement hébergeur

Si j’ai changé, c’est parce que les offres d’hébergement mutualisé chez Online.net ont été remplacées par les offres Cloud. Malheureusement, vu le prix de celles-ci, cela ne me correspondait plus. De plus, Scaleway a tout simplement décidé de ne plus apporter d’évolution à son offre mutualisée désormais considérée comme historique. C’est suite à une question à propos de PHP posée sur Twitter que j’ai compris qu’il était temps de trouver autre chose.

En tout cas jusqu’à présent le support a très bien répondu à mes premières questions, et quand je vois tout ce qui est proposé au niveau de la personnalisation (options PHP, choix des extensions actives,…) ou des outils (gestion via cPanel, fonctionnalités de sécurité, accès SSH, sauvegardes automatiques,…) je ne pense pas m’être trompé. Seul le temps nous le dira.

[NAS] Liste des paquets SynoCommunity compatibles avec DSM 7

[NAS] Liste des paquets SynoCommunity compatibles avec DSM 7

Lors du passage à DSM 7, de nombreux paquets fournis par la communauté de développeurs SynoCommunity ne fonctionnaient plus. Le système empêche l’installation d’un certain nombre d’entre elles. Pour en savoir plus, on peut retrouver une liste des paquets SynoCommunity compatibles sur GitHub.

liste paquets SynoCommunity compatibles

Dans la dernière version de son système d’exploitation Synology a opéré de nombreux changements ce qui a freiné le développement. Le principal problème était dû à une modification dans le fonctionnement du système de permissions, qui est bien plus restrictif. Synology évoque une sécurité accrue.

Sur la liste en question on constate que de nombreuses applications sont désormais disponibles, comme Transmission (utilitaire pour télécharger des torrents). Si vous aviez choisi d’en installer certaines à l’aide de Docker, ce n’est donc plus nécessaire. Préférez les versions natives.

Si vous ne savez pas comment installer une application de la SynoCommunity, voici comment procéder:

  • Connectez-vous à DSM à l’aide de votre navigateur.
  • Ouvrez le Centre de paquets.
  • Cliquez sur le bouton Paramètres.
  • Dans Sources de paquets, ajoutez un nouvel élément.
  • Saisissez le nom et indiquez l’URL suivante : https://packages.synocommunity.com.
  • Confirmez deux fois par OK.

Le centre de paquets se mettra à jour et un nouvel onglet SynoCommunity apparaitra à gauche. Sélectionnez-le pour afficher tous les paquets. Si vous ne voyez pas les versions bêta, retournez dans les paramètres et cochez la case à ce sujet dans l’onglet Général.

[Astuces] Réaliser une capture d’écran avec Firefox

[Astuces] Réaliser une capture d’écran avec Firefox

Il n’est jamais trop tard pour apprendre de nouvelles astuces, et la preuve, c’est qu’aujourd’hui j’ai découvert que Mozilla Firefox intégrait un outil permettant de réaliser une capture d’écran. Et vous savez la meilleure? Cet outil existe depuis la version 78 du navigateur. J’arrive un peu tard pour faire croire à une exclusivité.

réaliser capture d'écran Firefox

Pour accéder à cette fonctionnalité, il vous suffit d’effectuer un clic droit dans une zone de la page puis de choisir l’entrée « Effectuer une capture d’écran » dans le menu contextuel.

réaliser capture d'écran Firefox: menu contextuel

Il existe aussi un raccourci clavier : Ctrl + MAJ + S.

La page s’assombrit alors et l’outil vous propose de sélectionner une image, un élément de la page, ou bien de réaliser vous-même le tracé de la zone que vous souhaitez capturer. Lors de la sélection, le défilement sera automatique, ce qui signifie que vous pouvez réaliser une capture d’écran aussi haute que vous le désirez.

Deux autres options s’offrent à vous : capturer la page complète ou capturer la zone visible.

réaliser capture d'écran Firefox: zone

Une fois la sélection validée vous pourrez ensuite sauvegarder l’image sur votre PC ou directement la copier dans le presse-papiers.

Autre petite astuce au passage: vous pouvez aussi ajouter un bouton de raccourci vers la fonctionnalité Firefox Screenshots à la barre d’outils du navigateur. Pour cela, consultez la base de connaissances.

Les alternatives

Les systèmes d’exploitation récents intègrent généralement un outil de capture d’écran. C’est le cas de Windows avec son outil Capture d’écran et croquis. Quant au navigateur Microsoft Edge il propose lui aussi un outil de capture d’écran.

En guise d’alternative vous pouvez également utiliser le très bon utilitaire Greenshot. Même si la dernière version date d’août 2017, elle propose de nombreuses fonctionnalités d’intégration avec divers logiciels, mais aussi un outil d’édition des captures pour surligner, ajouter du texte, etc.

Sources

[NAS] Installer Transmission en passant par Docker

[NAS] Installer Transmission en passant par Docker

En passant à la nouvelle version de DSM sur mon NAS Synology DS920+, je souhaitais conserver Transmission. Cependant, le paquet natif proposé par SynoCommunity n’est pas encore prêt, notamment à cause des nouvelles restrictions de sécurité.

Je me suis donc basé sur un très bon article rédigé par Marius Bogdan Lixandru : How to install Transmission on your Synology NAS. La solution est donc de passer par un conteneur Docker et de réaliser l’installation en exécutant une simple commande. J’en ai profité pour adapter celle-ci par rapport à mon utilisation.

Pré-requis

Il faut évidemment installer Docker sur votre NAS depuis le Centre de paquets. Une fois installé, un nouveau dossier sera créé.

Depuis DSM ouvrez File Station et allez dans le dossier docker. Créez-y le sous-dossier transmission. Ouvrez ce dernier puis créez cette fois trois sous-dossiers:

  • data
  • downloads
  • watch

Ce qui donne la structure suivante:

NAS transmission: Dossiers Docker

On peut alors passer à l’étape suivante.

Installer Transmission sur votre NAS

Pour effectuer l’installation, il faudra exécuter une commande. Vous pouvez effectuer cela en ouvrant une connexion SSH sur votre NAS. Cependant on peut aussi lancer une commande via… le planificateur de tâches!

NAS transmission: Créer une tâche

Lors de la création choisissez l’exécution en tant que root dans l’onglet Général.

Voici la commande à lancer:

docker run -d --name=transmission \
	-p 9091:9091 \
	-p 51413:51413 \
	-p 51413:51413/udp \
	-e PUID=1026 \
	-e PGID=100 \
	-e USER=user \
	-e PASS=password \
	-e TZ=Europe/Brussels \
	-e TRANSMISSION_WEB_HOME=/flood-for-transmission/ \
	-v /volume1/docker/transmission/data:/config \
	-v /volume1/docker/transmission/downloads:/downloads \
	-v /volume1/docker/transmission/watch:/watch \
	--restart always \
	ghcr.io/linuxserver/transmission

Quelques informations qui nécessitent notre attention:

  • Le commutateur « p » permet de déterminer les ports à utiliser sur le système par rapport à ceux utilisés par le conteneur (mapping des ports).
  • Le commutateur « e » permet de définir des variables d’environnement.

Les variables PUID et PGID sont respectivement les identifiants d’utilisateur et de groupe. Ils peuvent être obtenus à l’aide de la commande « id ». Vous ne savez pas comment faire? Vous pouvez suivre le tutoriel ici.

Si vous définissez USER et PASS, ils vous seront demandés lors de la connexion à l’interface web (ou via RPC). Ces paramètres sont facultatifs, bien que recommandés.

La variable TZ permet de définir le fuseau horaire. Dans notre cas nous avons choisi Europe/Bruxelles.

Enfin la variable TRANSMISSION_WEB_HOME (c’est optionnel) permet de définir le thème à utiliser pour l’interface web. On a le choix entre Combustion, Transmission Web Control, Kettu et Flood for Transmission.

  • Le commutateur « v » permet de lier un dossier de votre volume à un dossier du conteneur.

On enregistrera la configuration dans le dossier data créé lors de la première étape. Quant aux téléchargements nous les stockerons dans downloads.

  • On définit également la politique de redémarrage (voir la documentation). Ainsi on peut faire en sorte que le conteneur redémarre automatiquement lorsqu’il est planté.
  • L’image Docker est fournie par linuxserver.io. Une documentation détaillée est disponible en suivant le lien.

Vous pouvez aussi consulter la page suivante : docker run reference.

Exécution de la commande en SSH

Si vous choisissez de réaliser l’installation via SSH vous pouvez utiliser la commande suivante pour passer temporairement en mode root.

sudo -i

Tester l’interface

Si le conteneur est bien lancé, vous pouvez vous rendre sur la page suivante: http://ADRESSE-IP-DU-NAS:9091/

Vous pouvez également installer les applications suivantes sur vos différents périphériques:

Elles vous permettront de contrôler Transmission sans passer par l’interface web.

[Sécurité] Avast Threat Labs publie ses recherches sur Crackonosh

[Sécurité] Avast Threat Labs publie ses recherches sur Crackonosh

Le laboratoire Avast Threat Labs a publié ses recherches sur le malware Crackonosh. Ce dernier a pour particularité d’utiliser les ressources de votre machine afin de miner de la cryptomonnaie. On le retrouve dans des versions pirates de jeux vidéo. En circulation depuis près de trois ans, il aurait rapporté à ses créateurs près de deux millions de dollars en Monero, d’après Global Security Mag.

avast recherches Crackonosh

En France, Avast a recensé 7205 systèmes infectés. Chez nous, en Belgique, on compte 1815 systèmes touchés. Le top 3 des pays impactés comprend les Philippines, le Brésil et l’Inde, avec respectivement 18448, 16584 et 13779 systèmes touchés.

Dans ses recherches, Avast a détecté la présence du malware Crackonosh dans l’installateur des jeux suivants :

NBA 2K19
Grand Theft Auto V
Far Cry 5
Les Sims 4 : Saisons
Euro Truck Simulator 2
Les Sims 4
Jurassic World Evolution
Fallout 4 GOTY
Call of Cthulhu
Pro Evolution Soccer 2018
We Happy Few

Si vous voulez en savoir plus sur le fonctionnement de ce malware, consultez la publication complète – en anglais – sur le site Decoded, rédigée par Daniel Beneš. On notera par exemple que, parmi ses fonctionnalités, le logiciel malveillant est capable de désactiver certaines protections antivirus lorsqu’il est activé.

Pour éviter ce genre de situation fâcheuse, le mieux est finalement de vous procurer une copie légale de vos jeux.

Sources

[Astuces] Réduire la taille des éléments de l’interface Proton dans Mozilla Firefox 89

[Astuces] Réduire la taille des éléments de l’interface Proton dans Mozilla Firefox 89

Il y a seulement trois jours, mardi 1er juin 2021, Mozilla déployait la version 89 de son navigateur Firefox avec la nouvelle interface: Proton.

Firefox 89 est disponible et inaugure Proton, sa nouvelle interface
– Par Geoffroy Ondet, 01net, 1 juin 2021

Comme plusieurs autres utilisateurs, j’ai cherché à savoir s’il était possible de réduire la taille des éléments de l’interface, dont la hauteur de la barre d’onglets. La réponse est « Oui » et l’astuce a notamment été proposée par quelqu’un sur Reddit.

taille interface Firefox

Actuellement il n’existe pas d’option à modifier dans les paramètres pour faire cela. Il faut donc aller bidouiller dans les variables. On accède à celles-ci en tapant about:config dans la barre d’adresses. Une fois l’avertissement lu et accepté, saisissez dans la recherche le mot-clé browser.uidensity.

taille interface Firefox paramètres avancés

Il existe plusieurs valeurs:

  • 0 : c’est la valeur par défaut pour la nouvelle interface. Par défaut on a donc une barre d’onglets qui permet d’afficher du texte sur deux lignes (par exemple, quand de l’audio est joué dans un onglet, cela affiche la mention « Lecture en cours » sous le nom de la page) ;
  • 1 : cette valeur permet de revenir à une interface plus compacte (voir ci-dessus), d’une taille quasiment identique aux versions précédentes de Firefox. Quand un onglet produit du son, on retrouve l’icône en forme de haut-parleur, comme avant ;
  • 2 : permet également l’affichage sur deux lignes dans les onglets, mais agrandit l’interface par rapport à la valeur par défaut.

Bravo, vous savez désormais comment modifier la taille de l’interface Proton dans Firefox !

A lire également…

[Firefox] Réafficher le message d’avertissement lorsqu’on ferme plusieurs onglets

Cette astuce concerne Firefox 4.0+. Il se pourrait que vous ayez coché la case qui propose de ne plus poser de question lors de la fermeture de plusieurs onglets. Cela est encore plus contrariant si Firefox restaure la session précédente lors de son redémarrage. Comment faire alors pour réinitialiser tous les paramètres ? Restaurer le […]

0 commentaire

Sources

[Dossier] Limiter la publicité affichée dans les applications Xiaomi

[Dossier] Limiter la publicité affichée dans les applications Xiaomi

Depuis septembre 2018, Xiaomi passe par de la publicité intégrée aux applications de sa surcouche MIUI. En essayant de vendre ses produits au plus près du coût de fabrication, elle met également à disposition son propre magasin d’applications mais aussi d’autres services afin de générer des marges. Et les annonces publicitaires en font malheureusement partie.

Ce dossier a pour but de vous aider à limiter la publicité affichée dans les applications proposées par Xiaomi. Cependant, cela ne désactivera pas les annonces à 100% mais permettra de vous en débarrasser d’un certain nombre.

Limiter la publicité affichée sous MIUI 12

Il existe un service pour lequel on peut révoquer les autorisations accordées. Il s’agit du service msa, signifiant MIUI System Ads.

  • Rendez-vous dans les Paramètres, ensuite choisissez Mots de passe & Sécurité.
  • Choisissez alors l’option Autorisation & révocation.
  • Dans la liste affichée, localisez msa puis basculez le paramètre vers Off.
  • Confirmez la révocation lorsque le popup s’affiche.

limiter publicité Xiaomi

Pour une raison inconnue il est possible que l’opération échoue. Réessayez directement de désactiver le service si une erreur se produit.

Désactiver les publicités personnalisées

Afin de limiter l’affichage de publicités personnalisées sur base d’informations à votre sujet, il existe aussi une option à désactiver dans les paramètres.

  • Rendez-vous à nouveau dans la catégorie Mots de passe & Sécurité.
  • Choisissez cette fois l’option Confidentialité.
  • De nouvelles options s’affichent : défilez jusqu’à l’élément Services publicitaires.
  • Désactivez ensuite les Recommandations de publicités personnalisées.

limiter publicité Xiaomi

En bonus, si vous souhaitez limiter l’envoi de données vous concernant, vous pouvez désactiver le programme d’expérience utilisateur et l’envoi des données de diagnostic qui sont transmises quand un problème se produit (crash d’application par exemple).

Désactiver les notifications

Pour certaines applications, vous pouvez en désactiver les notifications.

  • Rendez-vous dans les Paramètres puis dans Notifications & Centre de contrôle.
  • Choisissez ensuite Notifications d’applications.
  • Désactivez les notifications pour les applications telles que Musique, Mi Vidéo, Gestionnaire de fichiers. Si des notifications gênantes s’affichent pour d’autres applications dans la liste, n’hésitez pas à répéter l’opération pour celles-ci.

Désactiver les recommandations

Des recommandations sous forme de publicité peuvent apparaitre dans les applications. La première concernée est l’utilitaire Sécurité.

  • Ouvrez l’application, ensuite allez dans les paramètres de celle-ci.
  • Dans la première liste d’options proposée, défilez jusqu’en bas puis basculez l’interrupteur Recevoir des recommandations sur Off.
  • Sous le libellé Paramètres des fonctions, entrez dans chacune des sous-catégories. Vous trouverez le même interrupteur à basculer sur Off.

Rendez-vous ensuite dans l’application Thèmes.

  • Appuyez sur l’icône de votre profil, en bas à droite.
  • Dans la liste choisissez l’option Paramètres.
  • Basculez l’interrupteur Recommandations personnalisées sur Off.

Ce type de manipulation devra être répété, par exemple dans le gestionnaire de fichiers, Mi Vidéo ou le navigateur Mi, en fonction de leur version.

Ces opérations supplémentaires devraient donc limiter fortement la publicité affichée dans les applications fournies par Xiaomi.

Et sur les anciennes versions de MIUI?

Sur des versions plus anciennes de la surcouche, certains paramètres ne sont peut-être pas dans l’une des catégories mentionnées dans ce dossier. Par exemple, l’option Autorisation & révocation peut se retrouver dans la catégorie Paramètres supplémentaires de la gestion des paramètres de votre smartphone.

Il faudra donc un peu fouiller…

Sources