[NAS] Installer Uptime Kuma sur votre Synology en passant par Docker

J’étais à la recherche d’un outil assez simple à configurer afin de vérifier l’état de mes sites. C’est en consultant un article sur le site Cachem que j’ai découvert Uptime Kuma, et bien sûr, j’ai cherché à l’installer sur mon NAS Synology.

Installation

Pour installer l’outil Uptime Kuma sur votre Synology, il vous faudra l’application Docker. Ensuite vous devez créer un dossier qui permettra de faire un lien avec le répertoire du conteneur.

Sur mon NAS tous les répertoires liés à mes conteneurs se trouve dans /volume1/docker. J’y ai donc créé un sous-répertoire appelé kuma.

Ensuite, à l’aide du planificateur de tâches, j’ai créé une tâche unique contenant la commande suivante :

docker run -d --name=uptime-kuma \
 -p 3001:3001 \
 -v /var/run/docker.sock:/var/run/docker.sock \
 -v /volume1/docker/kuma:/app/data \
 --restart=always \
 louislam/uptime-kuma

Comme SSH est désactivé sur mon NAS, c’est pour cette raison que j’utilise cette méthode. Cette astuce avait déjà été donnée dans le tutoriel pour installer Transmission. J’avais découvert ça sur le très bon site Marius Hosting.

Le port utilisé pour l’interface sera le port 3001. Il faudra alors utiliser l’URL suivante pour se connecter : http://<ip_du_nas>:3001/dashboard

Si l’installation se déroule bien, vous devriez avoir accès à l’interface. Vous devrez alors créer un nouvel utilisateur.

Utilisation du proxy inversé

Si vous voulez utiliser le proxy inversé et créer une adresse du type kuma.xxx.synology.me, il faut, au moment de créer la règle, se rendre dans l’onglet « En-tête personnalisé« .

Cliquez sur le bouton « Créer » puis sur « WebSocket« . Deux nouvelles entrées seront automatiquement ajoutées.

Définir les règles de surveillance

Lorsque vous vous connectez pour la première fois vous devez créer un compte. Ensuite vous pourrez accéder au tableau de bord, qui est relativement intuitif.

Cliquez sur le bouton « Add new monitor » sur la gauche. Vous pourrez ensuite définir différents paramètres, tels que le type de surveillance (le protocole utilisé), le nom d’affichage, l’URL à contrôler (dans le cas d’un site web), l’intervalle de vérification, la méthode HTTP utilisée (même chose).

Vous pourrez aussi déterminer comment Uptime Kuma doit vous prévenir en cas d’indisponibilité. Si vous disposez par exemple un serveur Discord, vous pouvez générer un webhook et l’outil enverra des messages directement dans le canal de votre choix.

Une fois votre règle créée cliquez sur le bouton « Save » en bas de page. Les paramètres de notification peuvent aussi être édités depuis les paramètres, en cliquant sur l’icône tout en haut à droite du tableau de bord (celle qui affiche la première lettre de votre nom d’utilisateur).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.