[PHP] Mémo – Créer une commande avec Laravel

[PHP] Mémo – Créer une commande avec Laravel

Laravel fournit une interface en ligne de commande qui permet d’exécuter des scripts PHP directement depuis un terminal. Celle-ci s’appelle Artisan. On peut ainsi facilement gérer des tâches comme l’envoi de mails, la copie de fichiers, ou effectuer des interactions en base de données.

Créer une commande avec Laravel

Créer la classe

Votre commande sera implémentée à l’aide d’une classe. Si ce n’est pas encore fait, créez le dossier Commands dans app\Console.

Ensuite créez une classe qui héritera de Command.

<?php

namespace App\Console\Commands;

use Illuminate\Console\Command;

class MyTestCommand extends Command
{
    /**
     * The name and signature of the console command.
     *
     * @var string
     */
    protected $signature = 'my:test';

    /**
     * The console command description.
     *
     * @var string
     */
    protected $description = 'Command description';

    /**
     * Create a new command instance.
     *
     * @return void
     */
    public function __construct()
    {
        parent::__construct();
    }

    /**
     * Execute the console command.
     *
     * @return mixed
     */
    public function handle()
    {
    }
}

Voici ce qu’on retrouve dans la classe :

  • La signature de la commande (nom de la commande, arguments, options) ;
  • La description de la commande (un texte qui indique ce que fait la commande) ;
  • Un constructeur par défaut ;
  • Une méthode handle() qui contient la logique de la commande.

Enregistrer la commande

Il faudra enregistrer la commande en l’ajoutant au tableau défini dans la classe app\Console\Kernel.php.

    protected $commands = [
        MyTestCommand::class,
    ];

Dans les versions plus récentes de Laravel, toute classe qui se trouve dans le sous-dossier Commands, est chargée par défaut, du moins si on n’a pas enlevé l’appel qui se charge de cela.

Personnaliser la commande

On peut personnaliser la commande en y ajoutant des arguments et des options. On ajoute ceux-ci dans la signature.

Pour l’appel de la commande dans un terminal, préfixez chaque option par deux tirets courts. On n’ajoute rien de spécifique lorsqu’on spécifie un argument.

Exemple :

php artisan my:test argument1 --option1

Et dans la signature cela se traduit par :

protected $signature = 'my:test {argument1} {--option1}';

Pour récupérer :

  • Un argument : $this->argument(‘arg_name’);
  • Une option : $this->option(‘option_name’);

Exemple :

$this->option("option1");

Ceci renverra true si on spécifie l’option lors de l’appel de la commande, sinon false.

Évidemment on peut modifier la signature pour accepter des valeurs alphanumériques dans l’option. Dans ce cas, on doit adapter la signature en indiquant plutôt {option1=}.

On aura un appel similaire à ceci :

php artisan my:test argument1 --option1=TEST

Afficher des messages dans le terminal

Il existe deux méthodes que vous pouvez utiliser pour afficher une information ou une erreur.

  • $this->info(‘texte’);
  • $this->error(‘texte’);

Documentation

[Java] Trucs et astuces pour Websphere et Eclipse

[Java] Trucs et astuces pour Websphere et Eclipse

Si vous utilisez l’IDE Eclipse au quotidien et le serveur IBM Websphere dans sa version 9 ou plus, voici quelques petits trucs et astuces pour vous aider dans vos tâches de développement.

Trucs et astuces pour Websphere et Eclipse

Désactiver l’auto-publish

Lorsqu’on se trouve dans Eclipse, et qu’on effectue un build du projet, l’action de publication – ou publish – du projet est réalisée automatiquement et ce même en mode debug du serveur de test. Cependant on peut modifier ce comportement grâce à l’astuce suivante.

  • Rendez-vous dans l’onglet Servers.
  • Double-cliquez sur le serveur WebSphere Application Server vX.Y.
  • Déroulez la catégorie Publishing.
  • Cochez l’option Never publish automatically.
  • Dans la barre d’outils de l’IDE, cliquez sur le bouton Enregistrer.

Lancer en mode debug

Ce mode du serveur est particulièrement utile afin que les modifications des actions et JSP soient immédiatement prises en compte. Et ce sans effectuer l’action de publication.

  • Rendez-vous dans l’onglet Servers.
  • Effectuez un clic droit sur votre serveur WebSphere.
  • Choisir Debug / Restart in Debug.

Publication d’applications en erreur

Par défaut il est impossible de publier une application avec du code en erreur.

Pour résoudre cela:

  • Dans Eclipse, allez dans le menu Window > Preferences.
  • Recherchez le bon paramètre avec le mot clé « Websphere ».
  • Déroulez la catégorie Server, sélectionner Websphere Application Server.
  • Cochez « Allow applications containing errors to be published on a server« .
  • Sauvegardez.

Supprimer la compilation des JSP

Quels sont les symptômes ? Par exemple, si vous renommez une classe de Tag Java, la JSP référencera l’ancien nom même après un publish. Ou encore, certains éléments de la page (ex : une variable statique) ont une valeur différente de celle définie dans le code.

Dès lors, si vous avez vidé le cache du navigateur et que cela persiste, c’est peut-être dû au cache de compilation des JSP géré par Websphere.

Sur votre PC ouvrez le répertoire des fichiers temporaires de votre serveur.

\WebSphere\AppServer_v9.0\profiles\AppSrv01\temp\TestNode01\server1

Supprimez le contenu du dossier. Lors du prochain rafraichissement des pages concernées par le problème, vous devriez obtenir le résultat escompté.

Supprimer les fichiers temporaires

De manière générale, lorsqu’on rencontre un problème avec Websphere, on peut nettoyer les fichiers temporaires générés dans les dossiers suivants. Il est préférable d’arrêter le serveur pour effectuer l’opération.

\WebSphere\AppServer_v9.0\profiles\AppSrv01\temp\TestNode01\server1
\WebSphere\AppServer_v9.0\profiles\AppSrv01\temp\wscache
\WebSphere\AppServer_v9.0\profiles\AppSrv01\wstemp


Ressources

[Sécurité] Découverte d’une faille de sécurité critique dans Spring

[Sécurité] Découverte d’une faille de sécurité critique dans Spring

Comme nous le rapporte le magazine Programmez! VMWare signale la présence d’une faille de sécurité critique dans son produit Spring, permettant l’exécution de code à distance (RCE). Cela touche les versions de Spring Framework 5.2.0 à 5.2.19 et 5.3.0 à 5.3.17, ainsi que des versions plus anciennes. Reprise sous l’identifiant CVE-2022-22965 et baptisée Spring4Shell, cette faille ne peut être exploitée que si certaines conditions sont réunies.

Faille de sécurité Spring

En effet, sont vulnérables des applications Spring MVC ou WebFlux, tournant sur une JDK 9 (ou supérieur) sur un serveur Tomcat, et qui ne sont pas déployées en tant qu’exécutables Spring Boot (mais bien sous la forme d’archives WAR). Dans sa note, VMWare met toutefois en garde que la faille pourrait être exploitée par d’autres moyens.

VMWare recommande de mettre à jour au plus vite vos applications avec une version plus récente de Spring Framework. S’il n’est pas possible pour vous de changer de version, des solutions de contournement sont proposées dans une publication sur le blog de Spring.

Sources

[Jeux vidéo] Now playing… #4

[Jeux vidéo] Now playing… #4

Mieux vaut tard que jamais : dans ce Now Playing, je vais vous parler du jeu Far Cry 6, sorti en octobre 2021.

Now playing: Far Cry 6

Il s’agit donc du 6ème opus d’une série qui fêtera très bientôt ses 18 ans, le premier étant sorti en mars 2004. Il s’agit d’un FPS – First Person Shooting – ou en français un jeu de tir à la première personne.

L’histoire se déroule sur l’île (fictive) de Yara, qui aurait été inspirée de Cuba. Vous incarnerez Dani Rojas, qui peut être une femme ou un homme selon votre choix. Une fois n’est pas coutume, vous devrez affronter le dirigeant de ce petit bijou paradisiaque. Il s’agit d’Anton Castillo, interprété par Giancarlo Esposito. Il est accompagné de son fils, Diego. L’acteur derrière celui-ci est Anthony Gonzalez. Il a notamment prêté sa voix à Coco, dans le film d’animation du même nom.

On prend les mêmes…

Le jeu reprend les mécanismes (absolument fonctionnels) des derniers épisodes. Comme dans tout bon épisode de Far Cry qui se respecte, il est recommandé de jouer la carte de la discrétion, même si on peut s’autoriser à foncer dans le tas. Le jeu vous rappellera assez régulièrement qu’il peut être punitif. Surtout si vous êtes recherché et qu’à la fois les hélicoptères et les chars s’en mêlent.

On appréciera le fait de pouvoir modifier rapidement les armes ainsi que l’équipement vestimentaire pour varier les approches. Et le plus beau dans tout ça, c’est que l’équipement peut être modifié à tout moment. Pas de chichis, il ne faut pas retourner à un point B ou à son cheval pour récupérer les différents fusils. Exit le réalisme : on est là pour tout faire sauter et rendre la liberté au peuple de Yara. Vous retrouverez d’ailleurs quelques armes originales, mais je n’en dis pas plus.

Trop grand? Peut-être, mais…

Ce qui pourrait en dissuader plus d’un, c’est la taille de la carte. Elle est énorme ! J’ai eu assez difficile à prendre du plaisir à l’exploration dans Assassin’s Creed Valhalla, alors qu’auparavant j’étais du genre à aller chercher le moindre trésor sur la carte. Or dans Far Cry 6, je ne sais pas spécialement l’expliquer, mais j’y prends goût. Surtout que contrairement aux camps qu’on nettoie avec Eivor, ici on a toujours un sentiment d’avoir réalisé quelque chose (sûrement grâce à l’animation que l’on retrouve aussi en fin de mission).

Est-ce que je conseille ce jeu? Oui. Far Cry 6 est nerveux, décalé et fun. Il ne réinvente rien mais ce qu’il propose est une réussite. On appréciera bien sûr les quelques easter eggs propres à l’éditeur. Du point de vue graphique il est aussi très beau et contrairement à d’autres jeux Ubisoft, il est stable. Qu’est-ce que je n’ai pas râlé avec les plantages à répétition de Watch Dogs: Legion ou AC:Valhalla. Cela peut rapidement gâcher l’expérience de jeu.

A lire également…

[Jeux vidéo] Now playing… #3

Même si j’ai globalement moins de temps à consacrer aux jeux vidéo en ce moment, je m’y intéresse toujours autant. Deux titres ont rejoint ma collection récemment : Borderlands 3 et Command & Conquer: Remastered Collection. Ils viennent s’ajouter aux extensions de Assassin’s Creed Odyssey qu’il me reste à terminer. Y a du boulot ! […]

0 commentaire

Sources

Images officielles provenant du Fan Kit Ubisoft.

[Windows 11] Mise à jour des fonctionnalités – Février 2022

[Windows 11] Mise à jour des fonctionnalités – Février 2022

Ce 15 février 2022, Microsoft a déployé la première mise à jour apportant de nouvelles fonctionnalités à Windows 11. Elle est proposée via Windows Update. Après installation le numéro de build passe en 22000.527.

Windows 11 - Nouvelles fonctionnalités

La première fonctionnalité n’est malheureusement pas encore disponible pour la France. De fait cela impacte aussi la Belgique. Il s’agit du support des applications Android via le magasin d’applications Amazon.

Des améliorations ont aussi été apportées à la barre de tâches. Tout d’abord les utilisateurs seront ravis d’apprendre que la date et l’heure sont de nouveau affichés sur tous leurs  moniteurs en configuration multi-écrans. On notera également le retour de la possibilité d’afficher la météo. Enfin, la dernière grosse nouveauté concerne les appels Teams, pour lesquels il sera désormais possible de couper ou réactiver l’audio.

Et si cela ne vous avait pas échappé, le bloc-notes a adopté le nouveau design du système d’exploitation. Il inclut également le support du mode sombre. L’application Groove Musique a elle été remplacée par Media Player, qui pourra lire aussi bien vos fichiers audios que des vidéos.

Quelques bugs encore présents

Depuis la sortie de Windows 11 de nombreux bugs ont été corrigés via quelques mises à jour cumulatives. On se rappelle des soucis rencontrés avec les processeurs de la marque AMD, ou encore les chutes de performances, parfois importantes, sur des SSD NVMe. Des petits soucis cosmétiques ont aussi été résolus.

Cependant il reste du travail à Microsoft. Tout est loin d’être parfait. Par exemple, des utilisateurs ont récemment signalé une utilisation intensive du CPU lorsque les widgets sont actifs. Nous vous conseillons donc de les désactiver temporairement (ou définitivement si vous le souhaitez).

A lire aussi…

[Windows 11] Désactiver les widgets

Dans Windows 11, si vous souhaitez désactiver les widgets et ne plus afficher l’icône dans la barre des tâches, il y a deux étapes très simples à suivre. La première étape consiste à supprimer l’icône de la barre de tâches. Pour cela, effectuez un clic droit sur une zone vide de celle-ci puis cliquez sur […]

0 commentaire

Il manque également des fonctionnalités si chères aux utilisateurs. Par exemple, le glisser-déposer natif d’objets dans les applications en passant par la barre de tâches. En attendant que Microsoft restaure cette fonctionnalité, vous pouvez utiliser Windows 11 Drag & Drop Fix.

Les testeurs qui passent par le canal Dev pourront télécharger la build 22547.1 qui restaure entre autres les dossiers dans le menu Démarrer ainsi que le glisser/déposer dans la barre de tâches.

Liens

Consultez la liste des nouveautés et correctifs apportés par la mise à jour KB5010414 ici.

[Utilitaires] Restaurer le drag & drop dans la barre de tâches de Windows 11

[Utilitaires] Restaurer le drag & drop dans la barre de tâches de Windows 11

S’il y a bien quelque chose de frustrant dans Windows 11, c’est l’absence de la fonctionnalité de drag & drop (en français, le glisser-déposer) dans la barre de tâches. Exemple: lorsque vous souhaitez envoyer un fichier vers votre navigateur, en le déplaçant sur l’icône pour que l’application se remette au premier plan, cela n’a aucun effet.

Plutôt frustrant non?

drag drop Windows 11

Alors que des applications comme Start11 restaurent diverses fonctionnalités, elles ne ramènent pas le drag & drop dans Windows 11. Mais un petit utilitaire existe et celui-ci s’appelle Windows11DragAndDropToTaskbarFix. Un nom quelque peu compliqué à digérer.

Pour télécharger cette application qui vous fera gagner en productivité, rendez-vous sur GitHub ou dans la section Logiciels système et mises à jour du blog. Sauvegardez-le dans n’importe quel dossier sur votre PC. Après un premier lancement, l’outil s’exécutera par défaut à chaque ouverture de session.

Différentes options peuvent être ajoutées au fichier de configuration, créé automatiquement lors de la première exécution. Vous pouvez consulter la documentation officielle ici.

On espère bien sûr que Microsoft rajoutera la fonctionnalité dans les futures mises à jour du système d’exploitation.

[Dossier] Le format WebP sur WordPress

[Dossier] Le format WebP sur WordPress

Suite à la lecture d’un article du site Cachem, je suis passé au format d’images WebP sur mes deux blogs WordPress. Ce format existe depuis 2010 et est désormais plutôt bien supporté par les navigateurs récents. Quant à Internet Explorer, il est tout simplement incapable d’afficher ces images. L’un des avantages du WebP est qu’on réduit significativement la taille des images, ce qui permet de les charger plus rapidement.

Pour effectuer une transition sans accroc je suis passé par l’extension WebP Express. Celle-ci est très complète et permet notamment de décider quel format d’image afficher en fonction du navigateur. Elle convertit également les images lors de l’upload. Cependant, sa prise en main n’est pas forcément aisée, déjà parce qu’elle n’est pas traduite en français, mais aussi parce qu’elle propose énormément de paramètres.

Réglages

Depuis l’administration de WordPress, rendez vous dans Réglages puis WebP Express.

Mode de fonctionnement

Dans mon cas, j’ai choisi la méthode « Varied image responses » qui me permettra de fournir la bonne image en fonction du navigateur. Comme je n’utilise pas de CDN, et comme je n’ai pas voulu me prendre la tête avec trop d’options à configurer, c’est ce qui semblait être le meilleur choix.

Général

Depuis cette catégorie, il faudra tout d’abord indiquer la portée (paramètre Scope). L’extension peut gérer les thèmes. Dans mon cas j’ai préféré m’en tenir aux images Le seque j’envoie via la médiathèque de WordPress (paramètre « Uploads only« ).

Le second paramètre à définir concerne les types de fichiers sur lesquels l’extension doit travailler. Autant voir grand et choisir à la fois PNG et JPG.

Ensuite il faut déterminer où les images seront stockées. Le mode « Mingled » indique que les images se trouvent dans le même dossier, côte-à-côte. Le paramètre suivant, « File extension« , indique si on utilise le nom du fichier suffixé par « .webp » ou s’il faut utiliser le nom complet et l’extension originale en y rajoutant « .webp ». Par facilité j’ai choisi « Set to .webp » pour avoir des noms d’image parfaitement identiques.

Enfin les options suivantes importent peu. Je les ai donc laissées par défaut. Je n’ai pas défini la politique de cache (celle-ci est gérée par une autre extension sur mon blog).

Règles du fichier .htaccess

L’extension vous propose d’activer les deux premiers modes, mais dans le cas où il resterait des images non converties sur votre blog, la première suffira (à savoir « Enable direct redirection to existing converted images« ).

Si vous n’avez pas l’extension Apache mod_header activée sur votre hébergement, cela pourrait ne pas fonctionner correctement.

Conversion

L’extension propose des paramètres pour gérer la qualité de la conversion des images. Il est même possible de modifier l’ordre des méthodes de conversion en fonction de ce qui est disponible sur votre hébergement.

Dans mon cas j’ai également coché la case « Convert on upload » pour activer la conversion à partir de l’outil d’upload de WordPress. Attention que cela a un impact sur les performances d’envoi, en fonction des miniatures à générer.

Altérer le code HTML

La dernière option permet de modifier le contenu de la page pour l’affichage des images en WebP. L’auteur recommande d’activer l’option en plus de la redirection via .htaccess.

Pour maximiser la compatibilité avec de vieux navigateurs, j’ai coché l’option « Replace image URLs » ainsi que « Only do the replacements in webp enabled browsers« .

Le dernier paramètre modifie le comportement de l’extension lors de la modification du code. La première option, « Use content filtering hooks« , est recommandée d’après la bulle d’aide affichée.

Conclusion

L’extension offre de multiples possibilités pour convertir et gérer vos images au format WebP pour votre site WordPress. Si vous avez des commentaires ou si vous connaissez bien WebP Express, n’hésitez pas à donner vos astuces de configuration pour en améliorer le comportement.

[Windows 11] Désactiver les widgets

[Windows 11] Désactiver les widgets

Dans Windows 11, si vous souhaitez désactiver les widgets et ne plus afficher l’icône dans la barre des tâches, il y a deux étapes très simples à suivre.

Windows 11: Désactiver les widgets

La première étape consiste à supprimer l’icône de la barre de tâches. Pour cela, effectuez un clic droit sur une zone vide de celle-ci puis cliquez sur Paramètres de la barre de tâches. Vous pouvez aussi y accéder via les paramètres, catégorie Personnalisation, sous-catégorie Barre des tâches.

Windows 11: Désactiver les widgets

Dans la fenêtre de personnalisation, modifiez le paramètre d’affichage des widgets et placez le commutateur sur Désactivé. Le bouton devrait disparaitre instantanément de la barre de tâches.

La seconde étape consiste à modifier un paramètre dans le registre afin d’éviter que le processus lié aux widgets ne se charge à l’ouverture de votre session. La manipulation est assez simple à réaliser.

L’astuce a été donnée par l’utilisateur Ghot sur le forum ElevenForum. Un grand merci à lui !

Tout d’abord, lancez l’éditeur de registre à partir de la commande regedit puis saisissez la clé suivante dans la zone de texte sous les menus :

HKEY_CURRENT_USER\Software\Microsoft\Windows\CurrentVersion\Dsh

Appuyez sur Entrée pour afin que l’éditeur bascule immédiatement la vue sur cette clé.

Windows 11: Désactiver les widgets

Sur la droite vous verrez alors un paramètre nommé « IsPrelaunchEnabled« . Par défaut, celui-ci est à 1. Double-cliquez sur le nom et modifiez la valeur à 0. Validez par OK. Au redémarrage de votre machine, les widgets seront totalement désactivés et le processus lié à ceux-ci ne sera plus chargé à l’ouverture de la session.

Le commutateur disponible dans la fenêtre de personnalisation de la barre de tâches sera, quant à lui, indisponible. Pour revenir en arrière il faudra retourner dans l’éditeur de registre afin de restaurer la valeur précédente.

A lire aussi

[Windows 11] Découverte en images

Le nouveau système d’exploitation de Microsoft est sorti mardi. Je n’ai pas attendu bien longtemps avant de l’installer sur ma machine principale. Et quand ça marche bien, il faut le dire. C’est pourquoi je vous propose une découverte de Windows 11 en images avec quelques explications, tout en mentionnant ce qui plait ou déplait. Revenons […]

0 commentaire
[Windows 11] Découverte en images

[Windows 11] Découverte en images

Le nouveau système d’exploitation de Microsoft est sorti mardi. Je n’ai pas attendu bien longtemps avant de l’installer sur ma machine principale. Et quand ça marche bien, il faut le dire. C’est pourquoi je vous propose une découverte de Windows 11 en images avec quelques explications, tout en mentionnant ce qui plait ou déplait.

Windows 11 découverte en images: bureau

Revenons tout d’abord un bref instant sur l’installation. Dans mon cas il s’agissait d’une mise à niveau depuis Windows 10, ce qui est légèrement différent. Et surtout, cela ne se passe visiblement pas très bien chez tout le monde. La mise à niveau a été assez rapide chez moi, une trentaine de minutes téléchargement compris.

Bureau, menus, fenêtres et explorateur

J’ai ensuite retrouvé mon compte et mon bureau tels quels. Rien n’avait bougé, mais on remarque évidemment tout de suite le nouveau menu démarrer, avec les icônes au centre. Un clic droit sur la barre de tâches permet de constater que certains éléments ont disparu (dont l’accès au gestionnaire des tâches). Le menu affiché à l’aide des touches Windows + X permet de retrouver cette option.

Après plusieurs recherches, on peut en fait effectuer un clic-droit sur le menu démarrer pour obtenir le menu en question.

Windows 11 découverte en images: menu démarrer

Le nouveau menu démarrer est très sobre. On y retrouve un champ de recherche dans la partie supérieure, ensuite les éléments épinglés (ainsi qu’un bouton pour afficher toutes les applications), et les recommandations. L’icône de recherche est toujours présente dans la barre de tâches.

Windows 11 découverte en images: notifications

En cliquant sur l’horloge à côté de la zone des icônes système, dans le coin inférieur droit, cela affiche le centre de notifications ainsi que le calendrier. Un bouton « Effacer tout » permet de retirer les éléments affichés.

Menus contextuels

Parmi les autres refontes graphiques, les menus contextuels ont adopté des bords arrondis et les éléments sont bien plus espacés entre eux. Cela devrait plaire aux utilisateurs d’écrans tactiles. Ces bords arrondis se retrouvent également sur les fenêtres des applications.

Microsoft a ajouté un bouton « Afficher plus d’options« , qui affiche… un second menu contextuel, reprenant des options existantes dans Windows 10, et qui font doublon dans le nouvel environnement. Bizarre!

Windows 11 découverte en images: explorateur

L’explorateur Windows a enfin adopté un nouveau look et ce n’est pas plus mal, par contre il manque toujours la possibilité d’y avoir des onglets. Mais on notera cette volonté d’évolution pour s’adapter aux différents périphériques disponibles sur le marché. Dommage que Microsoft ne soit pas allé plus loin dans la démarche.

Paramètres du système

Le menu démarrer propose un raccourci vers les paramètres du système, dans les éléments épinglés. Un gros travail a été fait sur cette section et cela se voit directement.

Paramètres

Les différentes catégories de paramètres ont été revues et réorganisées. Si vous venez de Windows 10 cela ne devrait pas vous perturber de trop, mais il y a beaucoup de choses qu’on ne retrouve plus exactement au même endroit.

La gestion des applications a déjà beaucoup fait parler d’elle puisque Microsoft a rendu plus compliquée la sélection du navigateur par défaut. En août, ce mécanisme avait déjà été détaillé par de nombreux sites (dont par exemple ZDNet). On peut supposer qu’il s’agit d’une astuce de Microsoft pour dissuader de changer de navigateur internet.

Applications

Microsoft fait évoluer quelques applications, dont son Store.

Store

Le magasin d’applications fait donc peau neuve. Il avait été mis en avant plusieurs fois lors des différentes présentations du système. Les mises à jour et la gestion des téléchargements se font désormais depuis la « Bibliothèque » (en bas à gauche). On retrouve également trois catégories principales : applications, gaming et films/TV, et une zone de recherche dans la barre de titre.

Paint

Microsoft ne dit en revanche pas adieu à des applications comme le bloc-notes, mais les fait évoluer doucement. On notera également de gros changements dans l’interface de Paint, pour mieux s’intégrer à la nouvelle charte graphique. Les utilisateurs des premières versions de Windows suivent sans doute cela avec une attention particulière.

En creusant un peu, on remarquera très vite qu’il reste des éléments venant des versions plus anciennes de Windows (comme des boites de dialogue d’impression ou bien encore le fameux panneau de configuration). C’est là qu’on voit qu’il ne s’agit pas vraiment d’une refonte complète et c’est un peu dommage. On reste sur notre faim!

Conclusion

Après ces quelques premiers pas sous Windows 11, on peut dire que Microsoft avance dans la bonne direction. Cependant la firme ne sait pas dire au revoir au passé et il subsiste des éléments des anciens système et dont on pourrait enfin se passer. Le but avec Windows 10 était d’uniformiser le tout et cela n’a jamais été fait. L’objectif n’est pas encore atteint ici.

Cependant on prend plaisir à explorer les différentes catégories de paramètres, comme on prend plaisir à découvrir le nouveau look du système. Certaines applications ont adopté un nouveau design, parfois de nouvelles fonctionnalités, et sont bien plus agréables à utiliser. En revanche, on espère que cela aille plus loin, sans pour autant devoir passer à une douzième version.

Il faudra malheureusement souligner les problèmes de jeunesse, même quand on repart d’une base plutôt stable qu’est Windows 10. Le processus de mise à niveau peut s’avérer compliqué pour certaines personnes, les poussant alors à faire une installation propre. Tout n’est donc pas encore parfait, mais ne demande qu’à être corrigé au fil des années.

On soulignera également la problématique des processeurs – et nombreuses machines en général – qui ne sont malheureusement pas pris en charge, à cause des exigences imposées par Microsoft. La firme a joué la carte d’un système plus sûr, mais cela suffira-t-il à convaincre ? Les réfractaires peuvent bien entendu continuer à utiliser Windows 10 dont le support prendra fin en 2025.

A lire aussi

Souvenez-vous, Windows 10 c’était en 2015 :premiers pas sous Windows 10

J’espère que vous apprécié cette découverte en images de Windows 11. Bonne utilisation !

[Info] Changement d’hébergeur

[Info] Changement d’hébergeur

Bien que cela ait été plutôt transparent, vous apprendrez que j’en ai profité pour déménager mes blogs chez o2switch. Après de nombreuses recherches, cet hébergeur français m’avait tapé dans l’œil. Son offre unique est plutôt intéressante : il s’agit d’un « tout illimité » proposé à 5 euros / mois, avec domaine inclus.

Changement hébergeur

Si j’ai changé, c’est parce que les offres d’hébergement mutualisé chez Online.net ont été remplacées par les offres Cloud. Malheureusement, vu le prix de celles-ci, cela ne me correspondait plus. De plus, Scaleway a tout simplement décidé de ne plus apporter d’évolution à son offre mutualisée désormais considérée comme historique. C’est suite à une question à propos de PHP posée sur Twitter que j’ai compris qu’il était temps de trouver autre chose.

En tout cas jusqu’à présent le support a très bien répondu à mes premières questions, et quand je vois tout ce qui est proposé au niveau de la personnalisation (options PHP, choix des extensions actives,…) ou des outils (gestion via cPanel, fonctionnalités de sécurité, accès SSH, sauvegardes automatiques,…) je ne pense pas m’être trompé. Seul le temps nous le dira.

Copy link