Étiquette : Astuces

[Java] Trucs et astuces pour Websphere et Eclipse

[Java] Trucs et astuces pour Websphere et Eclipse

Si vous utilisez l’IDE Eclipse au quotidien et le serveur IBM Websphere dans sa version 9 ou plus, voici quelques petits trucs et astuces pour vous aider dans vos tâches de développement.

Trucs et astuces pour Websphere et Eclipse

Désactiver l’auto-publish

Lorsqu’on se trouve dans Eclipse, et qu’on effectue un build du projet, l’action de publication – ou publish – du projet est réalisée automatiquement et ce même en mode debug du serveur de test. Cependant on peut modifier ce comportement grâce à l’astuce suivante.

  • Rendez-vous dans l’onglet Servers.
  • Double-cliquez sur le serveur WebSphere Application Server vX.Y.
  • Déroulez la catégorie Publishing.
  • Cochez l’option Never publish automatically.
  • Dans la barre d’outils de l’IDE, cliquez sur le bouton Enregistrer.

Lancer en mode debug

Ce mode du serveur est particulièrement utile afin que les modifications des actions et JSP soient immédiatement prises en compte. Et ce sans effectuer l’action de publication.

  • Rendez-vous dans l’onglet Servers.
  • Effectuez un clic droit sur votre serveur WebSphere.
  • Choisir Debug / Restart in Debug.

Publication d’applications en erreur

Par défaut il est impossible de publier une application avec du code en erreur.

Pour résoudre cela:

  • Dans Eclipse, allez dans le menu Window > Preferences.
  • Recherchez le bon paramètre avec le mot clé « Websphere ».
  • Déroulez la catégorie Server, sélectionner Websphere Application Server.
  • Cochez « Allow applications containing errors to be published on a server« .
  • Sauvegardez.

Supprimer la compilation des JSP

Quels sont les symptômes ? Par exemple, si vous renommez une classe de Tag Java, la JSP référencera l’ancien nom même après un publish. Ou encore, certains éléments de la page (ex : une variable statique) ont une valeur différente de celle définie dans le code.

Dès lors, si vous avez vidé le cache du navigateur et que cela persiste, c’est peut-être dû au cache de compilation des JSP géré par Websphere.

Sur votre PC ouvrez le répertoire des fichiers temporaires de votre serveur.

\WebSphere\AppServer_v9.0\profiles\AppSrv01\temp\TestNode01\server1

Supprimez le contenu du dossier. Lors du prochain rafraichissement des pages concernées par le problème, vous devriez obtenir le résultat escompté.

Supprimer les fichiers temporaires

De manière générale, lorsqu’on rencontre un problème avec Websphere, on peut nettoyer les fichiers temporaires générés dans les dossiers suivants. Il est préférable d’arrêter le serveur pour effectuer l’opération.

\WebSphere\AppServer_v9.0\profiles\AppSrv01\temp\TestNode01\server1
\WebSphere\AppServer_v9.0\profiles\AppSrv01\temp\wscache
\WebSphere\AppServer_v9.0\profiles\AppSrv01\wstemp


Ressources

[Dossier] Le format WebP sur WordPress

[Dossier] Le format WebP sur WordPress

Suite à la lecture d’un article du site Cachem, je suis passé au format d’images WebP sur mes deux blogs WordPress. Ce format existe depuis 2010 et est désormais plutôt bien supporté par les navigateurs récents. Quant à Internet Explorer, il est tout simplement incapable d’afficher ces images. L’un des avantages du WebP est qu’on réduit significativement la taille des images, ce qui permet de les charger plus rapidement.

Pour effectuer une transition sans accroc je suis passé par l’extension WebP Express. Celle-ci est très complète et permet notamment de décider quel format d’image afficher en fonction du navigateur. Elle convertit également les images lors de l’upload. Cependant, sa prise en main n’est pas forcément aisée, déjà parce qu’elle n’est pas traduite en français, mais aussi parce qu’elle propose énormément de paramètres.

Réglages

Depuis l’administration de WordPress, rendez vous dans Réglages puis WebP Express.

Mode de fonctionnement

Dans mon cas, j’ai choisi la méthode « Varied image responses » qui me permettra de fournir la bonne image en fonction du navigateur. Comme je n’utilise pas de CDN, et comme je n’ai pas voulu me prendre la tête avec trop d’options à configurer, c’est ce qui semblait être le meilleur choix.

Général

Depuis cette catégorie, il faudra tout d’abord indiquer la portée (paramètre Scope). L’extension peut gérer les thèmes. Dans mon cas j’ai préféré m’en tenir aux images Le seque j’envoie via la médiathèque de WordPress (paramètre « Uploads only« ).

Le second paramètre à définir concerne les types de fichiers sur lesquels l’extension doit travailler. Autant voir grand et choisir à la fois PNG et JPG.

Ensuite il faut déterminer où les images seront stockées. Le mode « Mingled » indique que les images se trouvent dans le même dossier, côte-à-côte. Le paramètre suivant, « File extension« , indique si on utilise le nom du fichier suffixé par « .webp » ou s’il faut utiliser le nom complet et l’extension originale en y rajoutant « .webp ». Par facilité j’ai choisi « Set to .webp » pour avoir des noms d’image parfaitement identiques.

Enfin les options suivantes importent peu. Je les ai donc laissées par défaut. Je n’ai pas défini la politique de cache (celle-ci est gérée par une autre extension sur mon blog).

Règles du fichier .htaccess

L’extension vous propose d’activer les deux premiers modes, mais dans le cas où il resterait des images non converties sur votre blog, la première suffira (à savoir « Enable direct redirection to existing converted images« ).

Si vous n’avez pas l’extension Apache mod_header activée sur votre hébergement, cela pourrait ne pas fonctionner correctement.

Conversion

L’extension propose des paramètres pour gérer la qualité de la conversion des images. Il est même possible de modifier l’ordre des méthodes de conversion en fonction de ce qui est disponible sur votre hébergement.

Dans mon cas j’ai également coché la case « Convert on upload » pour activer la conversion à partir de l’outil d’upload de WordPress. Attention que cela a un impact sur les performances d’envoi, en fonction des miniatures à générer.

Altérer le code HTML

La dernière option permet de modifier le contenu de la page pour l’affichage des images en WebP. L’auteur recommande d’activer l’option en plus de la redirection via .htaccess.

Pour maximiser la compatibilité avec de vieux navigateurs, j’ai coché l’option « Replace image URLs » ainsi que « Only do the replacements in webp enabled browsers« .

Le dernier paramètre modifie le comportement de l’extension lors de la modification du code. La première option, « Use content filtering hooks« , est recommandée d’après la bulle d’aide affichée.

Conclusion

L’extension offre de multiples possibilités pour convertir et gérer vos images au format WebP pour votre site WordPress. Si vous avez des commentaires ou si vous connaissez bien WebP Express, n’hésitez pas à donner vos astuces de configuration pour en améliorer le comportement.

[Windows 11] Désactiver les widgets

[Windows 11] Désactiver les widgets

Dans Windows 11, si vous souhaitez désactiver les widgets et ne plus afficher l’icône dans la barre des tâches, il y a deux étapes très simples à suivre.

Windows 11: Désactiver les widgets

La première étape consiste à supprimer l’icône de la barre de tâches. Pour cela, effectuez un clic droit sur une zone vide de celle-ci puis cliquez sur Paramètres de la barre de tâches. Vous pouvez aussi y accéder via les paramètres, catégorie Personnalisation, sous-catégorie Barre des tâches.

Windows 11: Désactiver les widgets

Dans la fenêtre de personnalisation, modifiez le paramètre d’affichage des widgets et placez le commutateur sur Désactivé. Le bouton devrait disparaitre instantanément de la barre de tâches.

La seconde étape consiste à modifier un paramètre dans le registre afin d’éviter que le processus lié aux widgets ne se charge à l’ouverture de votre session. La manipulation est assez simple à réaliser.

L’astuce a été donnée par l’utilisateur Ghot sur le forum ElevenForum. Un grand merci à lui !

Tout d’abord, lancez l’éditeur de registre à partir de la commande regedit puis saisissez la clé suivante dans la zone de texte sous les menus :

HKEY_CURRENT_USER\Software\Microsoft\Windows\CurrentVersion\Dsh

Appuyez sur Entrée pour afin que l’éditeur bascule immédiatement la vue sur cette clé.

Windows 11: Désactiver les widgets

Sur la droite vous verrez alors un paramètre nommé « IsPrelaunchEnabled« . Par défaut, celui-ci est à 1. Double-cliquez sur le nom et modifiez la valeur à 0. Validez par OK. Au redémarrage de votre machine, les widgets seront totalement désactivés et le processus lié à ceux-ci ne sera plus chargé à l’ouverture de la session.

Le commutateur disponible dans la fenêtre de personnalisation de la barre de tâches sera, quant à lui, indisponible. Pour revenir en arrière il faudra retourner dans l’éditeur de registre afin de restaurer la valeur précédente.

A lire aussi

[Windows 11] Découverte en images

Le nouveau système d’exploitation de Microsoft est sorti mardi. Je n’ai pas attendu bien longtemps avant de l’installer sur ma machine principale. Et quand ça marche bien, il faut le dire. C’est pourquoi je vous propose une découverte de Windows 11 en images avec quelques explications, tout en mentionnant ce qui plait ou déplait. Revenons […]

0 commentaire
[Astuces] Réaliser une capture d’écran avec Firefox

[Astuces] Réaliser une capture d’écran avec Firefox

Il n’est jamais trop tard pour apprendre de nouvelles astuces, et la preuve, c’est qu’aujourd’hui j’ai découvert que Mozilla Firefox intégrait un outil permettant de réaliser une capture d’écran. Et vous savez la meilleure? Cet outil existe depuis la version 78 du navigateur. J’arrive un peu tard pour faire croire à une exclusivité.

réaliser capture d'écran Firefox

Pour accéder à cette fonctionnalité, il vous suffit d’effectuer un clic droit dans une zone de la page puis de choisir l’entrée « Effectuer une capture d’écran » dans le menu contextuel.

réaliser capture d'écran Firefox: menu contextuel

Il existe aussi un raccourci clavier : Ctrl + MAJ + S.

La page s’assombrit alors et l’outil vous propose de sélectionner une image, un élément de la page, ou bien de réaliser vous-même le tracé de la zone que vous souhaitez capturer. Lors de la sélection, le défilement sera automatique, ce qui signifie que vous pouvez réaliser une capture d’écran aussi haute que vous le désirez.

Deux autres options s’offrent à vous : capturer la page complète ou capturer la zone visible.

réaliser capture d'écran Firefox: zone

Une fois la sélection validée vous pourrez ensuite sauvegarder l’image sur votre PC ou directement la copier dans le presse-papiers.

Autre petite astuce au passage: vous pouvez aussi ajouter un bouton de raccourci vers la fonctionnalité Firefox Screenshots à la barre d’outils du navigateur. Pour cela, consultez la base de connaissances.

Les alternatives

Les systèmes d’exploitation récents intègrent généralement un outil de capture d’écran. C’est le cas de Windows avec son outil Capture d’écran et croquis. Quant au navigateur Microsoft Edge il propose lui aussi un outil de capture d’écran.

En guise d’alternative vous pouvez également utiliser le très bon utilitaire Greenshot. Même si la dernière version date d’août 2017, elle propose de nombreuses fonctionnalités d’intégration avec divers logiciels, mais aussi un outil d’édition des captures pour surligner, ajouter du texte, etc.

Sources

[NAS] Installer Transmission en passant par Docker

[NAS] Installer Transmission en passant par Docker

En passant à la nouvelle version de DSM sur mon NAS Synology DS920+, je souhaitais conserver Transmission. Cependant, le paquet natif proposé par SynoCommunity n’est pas encore prêt, notamment à cause des nouvelles restrictions de sécurité.

Je me suis donc basé sur un très bon article rédigé par Marius Bogdan Lixandru : How to install Transmission on your Synology NAS. La solution est donc de passer par un conteneur Docker et de réaliser l’installation en exécutant une simple commande. J’en ai profité pour adapter celle-ci par rapport à mon utilisation.

Pré-requis

Il faut évidemment installer Docker sur votre NAS depuis le Centre de paquets. Une fois installé, un nouveau dossier sera créé.

Depuis DSM ouvrez File Station et allez dans le dossier docker. Créez-y le sous-dossier transmission. Ouvrez ce dernier puis créez cette fois trois sous-dossiers:

  • data
  • downloads
  • watch

Ce qui donne la structure suivante:

NAS transmission: Dossiers Docker

On peut alors passer à l’étape suivante.

Installer Transmission sur votre NAS

Pour effectuer l’installation, il faudra exécuter une commande. Vous pouvez effectuer cela en ouvrant une connexion SSH sur votre NAS. Cependant on peut aussi lancer une commande via… le planificateur de tâches!

NAS transmission: Créer une tâche

Lors de la création choisissez l’exécution en tant que root dans l’onglet Général.

Voici la commande à lancer:

docker run -d --name=transmission \
	-p 9091:9091 \
	-p 51413:51413 \
	-p 51413:51413/udp \
	-e PUID=1026 \
	-e PGID=100 \
	-e USER=user \
	-e PASS=password \
	-e TZ=Europe/Brussels \
	-e TRANSMISSION_WEB_HOME=/flood-for-transmission/ \
	-v /volume1/docker/transmission/data:/config \
	-v /volume1/docker/transmission/downloads:/downloads \
	-v /volume1/docker/transmission/watch:/watch \
	--restart always \
	ghcr.io/linuxserver/transmission

Quelques informations qui nécessitent notre attention:

  • Le commutateur « p » permet de déterminer les ports à utiliser sur le système par rapport à ceux utilisés par le conteneur (mapping des ports).
  • Le commutateur « e » permet de définir des variables d’environnement.

Les variables PUID et PGID sont respectivement les identifiants d’utilisateur et de groupe. Ils peuvent être obtenus à l’aide de la commande « id ». Vous ne savez pas comment faire? Vous pouvez suivre le tutoriel ici.

Si vous définissez USER et PASS, ils vous seront demandés lors de la connexion à l’interface web (ou via RPC). Ces paramètres sont facultatifs, bien que recommandés.

La variable TZ permet de définir le fuseau horaire. Dans notre cas nous avons choisi Europe/Bruxelles.

Enfin la variable TRANSMISSION_WEB_HOME (c’est optionnel) permet de définir le thème à utiliser pour l’interface web. On a le choix entre Combustion, Transmission Web Control, Kettu et Flood for Transmission.

  • Le commutateur « v » permet de lier un dossier de votre volume à un dossier du conteneur.

On enregistrera la configuration dans le dossier data créé lors de la première étape. Quant aux téléchargements nous les stockerons dans downloads.

  • On définit également la politique de redémarrage (voir la documentation). Ainsi on peut faire en sorte que le conteneur redémarre automatiquement lorsqu’il est planté.
  • L’image Docker est fournie par linuxserver.io. Une documentation détaillée est disponible en suivant le lien.

Vous pouvez aussi consulter la page suivante : docker run reference.

Exécution de la commande en SSH

Si vous choisissez de réaliser l’installation via SSH vous pouvez utiliser la commande suivante pour passer temporairement en mode root.

sudo -i

Tester l’interface

Si le conteneur est bien lancé, vous pouvez vous rendre sur la page suivante: http://ADRESSE-IP-DU-NAS:9091/

Vous pouvez également installer les applications suivantes sur vos différents périphériques:

Elles vous permettront de contrôler Transmission sans passer par l’interface web.