Étiquette : Windows

Vincent Lecomte
[Utilitaires] Restaurer le drag & drop dans la barre de tâches de Windows 11

[Utilitaires] Restaurer le drag & drop dans la barre de tâches de Windows 11

S’il y a bien quelque chose de frustrant dans Windows 11, c’est l’absence de la fonctionnalité de drag & drop (en français, le glisser-déposer) dans la barre de tâches. Exemple: lorsque vous souhaitez envoyer un fichier vers votre navigateur, en le déplaçant sur l’icône pour que l’application se remette au premier plan, cela n’a aucun effet.

Plutôt frustrant non?

drag drop Windows 11

Alors que des applications comme Start11 restaurent diverses fonctionnalités, elles ne ramènent pas le drag & drop dans Windows 11. Mais un petit utilitaire existe et celui-ci s’appelle Windows11DragAndDropToTaskbarFix. Un nom quelque peu compliqué à digérer.

Pour télécharger cette application qui vous fera gagner en productivité, rendez-vous sur GitHub ou dans la section Logiciels système et mises à jour du blog. Sauvegardez-le dans n’importe quel dossier sur votre PC. Après un premier lancement, l’outil s’exécutera par défaut à chaque ouverture de session.

Différentes options peuvent être ajoutées au fichier de configuration, créé automatiquement lors de la première exécution. Vous pouvez consulter la documentation officielle ici.

On espère bien sûr que Microsoft rajoutera la fonctionnalité dans les futures mises à jour du système d’exploitation.

[Windows 11] Désactiver les widgets

[Windows 11] Désactiver les widgets

Dans Windows 11, si vous souhaitez désactiver les widgets et ne plus afficher l’icône dans la barre des tâches, il y a deux étapes très simples à suivre.

Windows 11: Désactiver les widgets

La première étape consiste à supprimer l’icône de la barre de tâches. Pour cela, effectuez un clic droit sur une zone vide de celle-ci puis cliquez sur Paramètres de la barre de tâches. Vous pouvez aussi y accéder via les paramètres, catégorie Personnalisation, sous-catégorie Barre des tâches.

Windows 11: Désactiver les widgets

Dans la fenêtre de personnalisation, modifiez le paramètre d’affichage des widgets et placez le commutateur sur Désactivé. Le bouton devrait disparaitre instantanément de la barre de tâches.

La seconde étape consiste à modifier un paramètre dans le registre afin d’éviter que le processus lié aux widgets ne se charge à l’ouverture de votre session. La manipulation est assez simple à réaliser.

L’astuce a été donnée par l’utilisateur Ghot sur le forum ElevenForum. Un grand merci à lui !

Tout d’abord, lancez l’éditeur de registre à partir de la commande regedit puis saisissez la clé suivante dans la zone de texte sous les menus :

HKEY_CURRENT_USER\Software\Microsoft\Windows\CurrentVersion\Dsh

Appuyez sur Entrée pour afin que l’éditeur bascule immédiatement la vue sur cette clé.

Windows 11: Désactiver les widgets

Sur la droite vous verrez alors un paramètre nommé « IsPrelaunchEnabled« . Par défaut, celui-ci est à 1. Double-cliquez sur le nom et modifiez la valeur à 0. Validez par OK. Au redémarrage de votre machine, les widgets seront totalement désactivés et le processus lié à ceux-ci ne sera plus chargé à l’ouverture de la session.

Le commutateur disponible dans la fenêtre de personnalisation de la barre de tâches sera, quant à lui, indisponible. Pour revenir en arrière il faudra retourner dans l’éditeur de registre afin de restaurer la valeur précédente.

A lire aussi

[Windows 11] Découverte en images

Le nouveau système d’exploitation de Microsoft est sorti mardi. Je n’ai pas attendu bien longtemps avant de l’installer sur ma machine principale. Et quand ça marche bien, il faut le dire. C’est pourquoi je vous propose une découverte de Windows 11 en images avec quelques explications, tout en mentionnant ce qui plait ou déplait. Revenons […]

0 commentaire
[Windows 11] Découverte en images

[Windows 11] Découverte en images

Le nouveau système d’exploitation de Microsoft est sorti mardi. Je n’ai pas attendu bien longtemps avant de l’installer sur ma machine principale. Et quand ça marche bien, il faut le dire. C’est pourquoi je vous propose une découverte de Windows 11 en images avec quelques explications, tout en mentionnant ce qui plait ou déplait.

Windows 11 découverte en images: bureau

Revenons tout d’abord un bref instant sur l’installation. Dans mon cas il s’agissait d’une mise à niveau depuis Windows 10, ce qui est légèrement différent. Et surtout, cela ne se passe visiblement pas très bien chez tout le monde. La mise à niveau a été assez rapide chez moi, une trentaine de minutes téléchargement compris.

Bureau, menus, fenêtres et explorateur

J’ai ensuite retrouvé mon compte et mon bureau tels quels. Rien n’avait bougé, mais on remarque évidemment tout de suite le nouveau menu démarrer, avec les icônes au centre. Un clic droit sur la barre de tâches permet de constater que certains éléments ont disparu (dont l’accès au gestionnaire des tâches). Le menu affiché à l’aide des touches Windows + X permet de retrouver cette option.

Après plusieurs recherches, on peut en fait effectuer un clic-droit sur le menu démarrer pour obtenir le menu en question.

Windows 11 découverte en images: menu démarrer

Le nouveau menu démarrer est très sobre. On y retrouve un champ de recherche dans la partie supérieure, ensuite les éléments épinglés (ainsi qu’un bouton pour afficher toutes les applications), et les recommandations. L’icône de recherche est toujours présente dans la barre de tâches.

Windows 11 découverte en images: notifications

En cliquant sur l’horloge à côté de la zone des icônes système, dans le coin inférieur droit, cela affiche le centre de notifications ainsi que le calendrier. Un bouton « Effacer tout » permet de retirer les éléments affichés.

Menus contextuels

Parmi les autres refontes graphiques, les menus contextuels ont adopté des bords arrondis et les éléments sont bien plus espacés entre eux. Cela devrait plaire aux utilisateurs d’écrans tactiles. Ces bords arrondis se retrouvent également sur les fenêtres des applications.

Microsoft a ajouté un bouton « Afficher plus d’options« , qui affiche… un second menu contextuel, reprenant des options existantes dans Windows 10, et qui font doublon dans le nouvel environnement. Bizarre!

Windows 11 découverte en images: explorateur

L’explorateur Windows a enfin adopté un nouveau look et ce n’est pas plus mal, par contre il manque toujours la possibilité d’y avoir des onglets. Mais on notera cette volonté d’évolution pour s’adapter aux différents périphériques disponibles sur le marché. Dommage que Microsoft ne soit pas allé plus loin dans la démarche.

Paramètres du système

Le menu démarrer propose un raccourci vers les paramètres du système, dans les éléments épinglés. Un gros travail a été fait sur cette section et cela se voit directement.

Paramètres

Les différentes catégories de paramètres ont été revues et réorganisées. Si vous venez de Windows 10 cela ne devrait pas vous perturber de trop, mais il y a beaucoup de choses qu’on ne retrouve plus exactement au même endroit.

La gestion des applications a déjà beaucoup fait parler d’elle puisque Microsoft a rendu plus compliquée la sélection du navigateur par défaut. En août, ce mécanisme avait déjà été détaillé par de nombreux sites (dont par exemple ZDNet). On peut supposer qu’il s’agit d’une astuce de Microsoft pour dissuader de changer de navigateur internet.

Applications

Microsoft fait évoluer quelques applications, dont son Store.

Store

Le magasin d’applications fait donc peau neuve. Il avait été mis en avant plusieurs fois lors des différentes présentations du système. Les mises à jour et la gestion des téléchargements se font désormais depuis la « Bibliothèque » (en bas à gauche). On retrouve également trois catégories principales : applications, gaming et films/TV, et une zone de recherche dans la barre de titre.

Paint

Microsoft ne dit en revanche pas adieu à des applications comme le bloc-notes, mais les fait évoluer doucement. On notera également de gros changements dans l’interface de Paint, pour mieux s’intégrer à la nouvelle charte graphique. Les utilisateurs des premières versions de Windows suivent sans doute cela avec une attention particulière.

En creusant un peu, on remarquera très vite qu’il reste des éléments venant des versions plus anciennes de Windows (comme des boites de dialogue d’impression ou bien encore le fameux panneau de configuration). C’est là qu’on voit qu’il ne s’agit pas vraiment d’une refonte complète et c’est un peu dommage. On reste sur notre faim!

Conclusion

Après ces quelques premiers pas sous Windows 11, on peut dire que Microsoft avance dans la bonne direction. Cependant la firme ne sait pas dire au revoir au passé et il subsiste des éléments des anciens système et dont on pourrait enfin se passer. Le but avec Windows 10 était d’uniformiser le tout et cela n’a jamais été fait. L’objectif n’est pas encore atteint ici.

Cependant on prend plaisir à explorer les différentes catégories de paramètres, comme on prend plaisir à découvrir le nouveau look du système. Certaines applications ont adopté un nouveau design, parfois de nouvelles fonctionnalités, et sont bien plus agréables à utiliser. En revanche, on espère que cela aille plus loin, sans pour autant devoir passer à une douzième version.

Il faudra malheureusement souligner les problèmes de jeunesse, même quand on repart d’une base plutôt stable qu’est Windows 10. Le processus de mise à niveau peut s’avérer compliqué pour certaines personnes, les poussant alors à faire une installation propre. Tout n’est donc pas encore parfait, mais ne demande qu’à être corrigé au fil des années.

On soulignera également la problématique des processeurs – et nombreuses machines en général – qui ne sont malheureusement pas pris en charge, à cause des exigences imposées par Microsoft. La firme a joué la carte d’un système plus sûr, mais cela suffira-t-il à convaincre ? Les réfractaires peuvent bien entendu continuer à utiliser Windows 10 dont le support prendra fin en 2025.

A lire aussi

Souvenez-vous, Windows 10 c’était en 2015 :premiers pas sous Windows 10

J’espère que vous apprécié cette découverte en images de Windows 11. Bonne utilisation !

[Windows 10] La mise à jour KB5000802 peut provoquer un BSOD lors d’une impression

[Windows 10] La mise à jour KB5000802 peut provoquer un BSOD lors d’une impression

Le 9 mars 2021, à l’occasion du Patch Tuesday, vous pourriez avoir installé la mise à jour KB5000802, qui malheureusement pourrait provoquer un BSOD (Blue Screen Of Death) sur votre machine lorsque vous lancez l’impression d’un document.

KB5000802 BSOD impression

La mise à jour concerne les builds 20H2 et 20H1 de Windows 10.

Le problème a été confirmé par Microsoft et voici ce qu’on peut lire dans le paragraphe des problèmes connus:

Après avoir installé cette mise à jour, il se peut qu’un écran bleu APC_INDEX_MISMATCH s’affiche lorsque vous tentez d’imprimer sur certaines imprimantes depuis certaines applications.

Microsoft indique que cela concernerait uniquement les pilotes de Type 3. Le problème survient généralement lorsque vous ouvrez simplement la boite de dialogue d’impression. Celle-ci vous permet de choisir une imprimante parmi celles installées sur votre machine.

Aucun correctif n’est actuellement proposé:

Nous travaillons actuellement à la recherche de l’information et fournirons une mise à jour lorsque d’autres informations seront disponibles.

Si la KB5000802 provoque chez vous ce fameux BSOD lors d’une impression, l’une des solutions est de désinstaller la mise à jour problématique. Vous pouvez faire cela soit via le panneau de paramètres, soit à l’aide de l’outil wusa en ligne de commandes.

Une solution de dépannage est également proposée.

A lire également…

[Windows 10] La mise à jour KB4565503 ne corrige pas le bug du défragmenteur

Ce mardi 14 juillet 2020 les français fêtaient bien entendu leur pays. Mais Microsoft est fidèle à son calendrier et à son Patch Tuesday. La nouvelle mise à jour KB4565503 est de sortie et malheureusement celle-ci ne corrige pas le bug du défragmenteur. Microsoft a donc publié une mise à jour pour son système d’exploitation […]

0 commentaire

Sources


Édition du 16/3/2021

Une mise à jour est désormais disponible pour corriger le problème d’écran bleu. Il s’agit de la KB5001567. Celle-ci peut être téléchargée via Windows Update.

[Info] Nouvelles pages concernant Windows

[Info] Nouvelles pages concernant Windows

Ces derniers temps je n’ai pas été très actif sur mon blog, mais j’en ai tout de même profité pour créer de nouvelles pages concernant Windows.

Nouvelles pages concernant Windows

En effet, on se retrouve souvent à rechercher une ou l’autre commande, ou bien un raccourci clavier nous échappe. Au fil du temps la mémoire nous fait défaut. C’est pour cette raison que deux nouvelles pages ont vu le jour.

Comme leur nom l’indique, elles reprennent des listes non exhaustives des raccourcis et commandes disponibles sous Windows.

J’espère vous permettre de trouver ce que vous cherchez. Notez que vous retrouverez également celle-ci dans le menu Ressources.

[Windows 10] La mise à jour KB4565503 ne corrige pas le bug du défragmenteur

[Windows 10] La mise à jour KB4565503 ne corrige pas le bug du défragmenteur

Ce mardi 14 juillet 2020 les français fêtaient bien entendu leur pays. Mais Microsoft est fidèle à son calendrier et à son Patch Tuesday. La nouvelle mise à jour KB4565503 est de sortie et malheureusement celle-ci ne corrige pas le bug du défragmenteur.

kb4565503 bug défragmenteur

Microsoft a donc publié une mise à jour pour son système d’exploitation Windows 10, comme chaque deuxième mardi du mois. Celle-ci passe le numéro de build au 19041.388.

Cependant même si cette fameuse mise à jour KB4565503 corrige quelques soucis majeurs, elle ne permet pas de régler le bug du défragmenteur. Mais qu’en est-il réellement ?

Depuis la sortie de Windows 10 2004, un bug a donc été constaté au niveau du défragmenteur. Effectivement après une opération d’optimisation la date de dernière exécution est perdue au redémarrage du système.

C’est particulièrement gênant dans le sens où ce bug a été remonté de nombreuses fois depuis. Et pas mal de sites high-tech ont eux aussi remonté l’information à la mi-juin.

Il est donc conseillé de désactiver la défragmentation/optimisation automatique pour éviter que Windows l’exécute trop souvent.

Utilisez la recherche Windows : cliquez sur la loupe de la barre de tâches ou appuyez sur les touches Windows+Q. Saisissez ensuite le terme « Défragmenter » et cliquez sur le premier résultat qui s’affiche. Vous devriez voir apparaitre la fenêtre suivante:

kb4565503 bug défragmenteur

Elle répertorie tous vos disques durs et SSD. Dans la section « Optimisation planifiée » cliquez sur le bouton « Modifier les paramètres » puis décochez « Exécution planifiée » et confirmez.

L’outil veut en faire trop…

D’après l’article de Bleeping Computer, l’outil de Windows essaie également de lancer la commande TRIM sur les disques non-SSD, provoquant l’erreur 0x8900002A. Celle-ci est visible dans l’observateur d’événements.

Pas la première fois

Ce n’est pas la première fois que Microsoft rencontre de gros soucis lors du déploiement de ses mises à jour majeures. En 2018 par exemple, la mise à jour d’octobre avait dû être temporairement suspendue…

Espérons que Microsoft prenne rapidement en charge ce problème de défragmenteur.

[Sécurité] Le ransomware Try2Cry se propage à l’aide de clés USB

[Sécurité] Le ransomware Try2Cry se propage à l’aide de clés USB

Le ransomware Try2Cry est un logiciel malveillant récemment découvert par l’analyste Karsten Hahn de la société G DATA, qui se propage à l’aide de clés USB et de raccourcis Windows (fichiers .lnk), afin de potentiellement toucher d’autres victimes.

Try2Cry infecte les PC sous Windows 7, 8/8.1 et 10. L’information a été relayée par le site Bleeping Computer.

ransomware try2cry propage usb

Comment ça marche?

Lorsqu’il infecte une machine, Try2Cry chiffre les documents et images auxquels il ajoute l’extension .Try2Cry. Les données sont chiffrées à l’aide de l’algorithme Rijndael et une clé codée en dur.

Détail amusant : l’auteur a fait en sorte que le malware n’infecte pas les machines dont le nom est DESKTOP-PQ6NSM4 ou IK-PC2. On peut supposer que cela lui ait donné la possibilité de tester le logiciel sans verrouiller ses fichiers.

Les clés USB pour se propager

La particularité du ransomware Try2Cry est qu’il se propage à l’aide de clés USB. La technique employée est similaire à celle d’autres logiciels malveillants comme le botnet Andromeda ou le ransomware Spora.

Depuis une machine infectée, la première étape est de détecter si des périphériques amovibles sont branchés. Si un tel périphérique – une clé USB par exemple – est détecté, le ransomware va en cacher les fichiers présents puis créer des raccourcis (fichiers .lnk) vers ceux-ci.

Lorsque l’utilisateur clique sur l’un de ces raccourcis, cela a pour effet d’accéder au fichier caché lié mais aussi d’exécuter le fichier « Update.exe » qui est une copie du malware. Le petit plus? Try2Cry va rajouter des copies de lui-même avec des noms en arabe afin d’éveiller la curiosité des potentielles victimes.

Grâce à cela et aux icônes des raccourcis il est assez facile à reconnaitre lorsqu’il infecte une clé USB.

Faible sécurité

D’après le rapport d’analyse le déchiffrement des fichiers serait possible assez facilement. Try2Cry est en fait une autre variante du ransomware open-source « Stupid ».

Un outil a déjà été créé afin de déchiffrer les fichiers dont les extensions font partie de la liste ci-dessous.

.666, .adam, .alosia, .android, .ANNABELLE, .anon,
.bycicle, .corrupted, .crypted, .CYRON, .deria, .devil,
.Doxes, .encrypt, .eTeRnItY, .FailedAccess, .fucked, 
.fucking, .fun, .H34rtBl33d, .Harzhuangzi, .haters, 
.iGotYou, .jeepers, .jigsaw, .killedXXX, .lock, .malki, 
.Malki, .MIKOYAN, .Nazi, .powned, .purge, .slvpawned, 
.SnakeEye, .Tesla, .whycry, .WINDIE, .XmdXtazX, .xncrypt, 
_crypt0, _nullbyte

Sources

[Windows 10] Créer un média de récupération

[Windows 10] Créer un média de récupération

Pour parer à tout problème avec votre PC vous pouvez créer un média de récupération sur une clé USB. Celui-ci propose divers outils de réparation si vous n’avez pas accès à Windows mais que votre disque est toujours en état. Vous aurez donc la possibilité de corriger ces problèmes – cela nécessite quelques connaissances techniques – sinon de réinstaller Windows directement en supprimant tout le contenu personnel.

Créer le média de récupération

Si votre PC est toujours en état, ou depuis une machine saine:

  • Cliquez sur le menu démarrer de Windows.
  • Saisissez « Créer un lecteur de récupération« . Cliquez sur le résultat de même libellé qui s’affiche.

  • Lorsque la première étape s’affiche assurez-vous de cocher de « Sauvegarder les fichiers système » puis cliquez sur le bouton Suivant.

  • L’opération peut prendre un certain temps. Une fois que cela est fait, l’assistant vous demandera de brancher une clé USB si ce n’est pas fait. Celle-ci doit avoir une capacité d’au moins 16 Go.

  • Une fois la clé détectée et si elle a une capacité suffisante, vous pouvez la sélectionner et cliquer sur le bouton Suivant.
  • L’assistant vous avertira que tout le contenu de la clé sera effacé. N’oubliez pas de sauvegarder les données qui s’y trouvent, ensuite cliquez sur le bouton Créer.
  • L’opération peut durer quelques minutes. Une fois que cela est terminé un message sera affiché et votre clé sera prête à être utilisée.

Tester la clé

Il ne faut évidemment pas hésiter à tester celle-ci. Laissez-donc là donc branchée à votre ordinateur. Il va falloir forcer le démarrage sur la clé. Pour cela les constructeurs proposent d’appuyer sur une touche spécifique au démarrage de la machine afin d’afficher ce qu’on appelle le « Boot menu« . Cette touche peut varier d’un constructeur à l’autre (voir la liste non exhaustive sur le site Disk-Images).

Redémarrez la machine et tentez l’une des touches suivantes, le plus vite possible avant que Windows ne démarre:

  • Asus: Echap ou F8 ;
  • HP: Echap ou F9 ;
  • Lenovo : F8, F9, F10 ou F12 (voire Fn + F12)

Choisissez ensuite la clé USB dans la liste qui s’affiche. En général le menu affiche la marque et le modèle, parfois préfixé par le mot-clé « USB ». Pas de panique, vous devriez trouver facilement. Appuyez sur la touche Entrée pour confirmer votre choix.

Si cela fonctionne vous arriverez très rapidement sur un menu de choix de la langue puis un menu à choix multiple contenant notamment l’option « Dépannage« . C’est cette dernière qui permettra d’exécuter diverses lignes de commande ou de réinstaller directement le système.

Utile en cas de panne de disque

Si vous soupçonnez une panne disque ou si elle est avérée, vous pourrez vous servir de cette clé USB pour réparer l’ordinateur.

Il est bien entendu préconisé de sauvegarder toutes vos données. Pour cela débranchez le disque de l’ordinateur et installez-le dans une autre machine. Si votre seconde machine ne permet pas de recevoir plus de disques qu’elle n’en possède, il existe des adaptateurs USB pour dépanner.

La marque UGREEN propose différents modèles dont un accompagné d’une prise secteur pour l’alimentation des disques durs 3,5 pouces.

Si le disque est accessible et ce quelque soit la méthode choisie alors c’est une bonne nouvelle. Il vous sera possible d’en récupérer les données, mais aussi de lancer différents diagnostics avec les logiciels adaptés.

Certains logiciels génériques comme Hard Disk Sentinel Pro, proposent ces fonctionnalités de test. Quant aux constructeurs de disques ils proposent souvent des logiciels maison pour réaliser cela (exemple : Seagate SeaTools).

A lire également…

[Astuces] Recovery Mode sous Windows 8/8.1

Plusieurs méthodes permettent de redémarrer et d’afficher le menu d’options pour réparer ou restaurer votre ordinateur (on appelle ça le mode récupération ou en anglais, “Recovery Mode”). Ce menu permet notamment d’ouvrir une console pour lancer diverses commandes, mais également de démarrer la machine en mode sans échec. Avant une simple pression de la touche […]

0 commentaire

Sources

PCMag
Support Microsoft

[Windows 10] La mise à jour de mai 2020 est retardée

[Windows 10] La mise à jour de mai 2020 est retardée

Vous l’attendiez peut-être depuis quelques jours surtout après les bonnes nouvelles concernant la refonte du moteur d’indexation et de recherche du système d’exploitation, qui permettrait de significativement améliorer les performances sur les machines à disques durs. Et bien malheureusement la build 2004 de Windows 10 est retardée… à cause d’une faille de sécurité.

Comme chaque année depuis sa sortie, Windows 10 reçoit deux mises à jour importantes dont une aux alentours du mois d’avril. À la lecture de nombreux articles on pouvait penser à juste titre que celle-ci arriverait en début de mois de mai, sauf que suite à la découverte d’une faille zero-day, elle sera bel et bien repoussée. Dommage !

D’après Mary Jo Foley, une journaliste du site ZDNet, il n’est pas impossible que la mise à jour soit livrée le 28 mai. Quant aux développeurs ils devraient recevoir une mise à jour lors du Patch Tuesday (à savoir le 12 mai). On n’apprend malheureusement rien de plus sur cette fameuse faille de sécurité mais on peut facilement comprendre ce report surtout après les nombreuses critiques de ces dernières semaines.

Sources

Phonandroid
ZDNet

[Windows 7] Impossible d’éteindre le PC

[Windows 7] Impossible d’éteindre le PC

Après les récents problèmes de moteur de recherche sous Windows 10, qui étaient en fait dus à une indisponibilité de Bing, les utilisateurs de Windows 7 rencontrent également des difficultés… pour éteindre leur PC. Soudainement le système d’exploitation les informe qu’ils n’ont pas les droits pour réaliser l’opération d’extinction. Le site Bleeping Computer explique que cela pourrait provenir d’une corruption des policies, – donc des stratégies de groupe, – ou des récentes mises à jour.

(image: hothardware.com)

Plusieurs utilisateurs indiquent avoir créé un nouveau compte administrateur sur lequel ils se sont connectés pour ensuite revenir sur leur compte habituel afin de retrouver les droits. Microsoft est au courant des soucis rencontrés. Cela pourrait également provenir d’une mise à jour problématique d’Adobe et des services liés… Tout cela reste donc à confirmer.

Sources

Bleeping Computer