Étiquette : Tablette tactile

Vincent Lecomte
[Preview] Applications Windows 10 et Recherche

[Preview] Applications Windows 10 et Recherche

Dans Windows 10, Microsoft continue d’améliorer le concept des applications “Metro”. Il faut savoir que désormais l’utilisateur pourra basculer en mode tablette ou bien en mode “desktop” soit de manière automatique (par exemple lors du branchement d’un périphérique de saisie sur une tablette), soit de manière manuelle notamment via le raccourci du centre de notifications. Ce qui change c’est que dans le mode tablette, chaque application sera affichée en plein écran. Dans le mode classique, l’utilisateur aura la liberté de les redimensionner et même s’il s’agit d’applications comme le Store, Photos, Xbox ou encore Météo. Jusqu’ici il était uniquement possible de les afficher dans la barre de tâches et de les réduire à l’aide des icônes de contrôle qui apparaissaient en survolant le haut de l’écran avec la souris.

L’application Photos est toujours présente mais affiche un tout nouveau look. Sur le côté gauche on voit désormais apparaitre une barre latérale pour naviguer entre différentes vues. Par défaut, l’utilisateur affichera sa collection mais il aura la possibilité de gérer ses images par albums. Malheureusement cette fonctionnalité n’est pas encore disponible. Enfin l’application gère les fichiers RAW et peut être pilotée au clavier.

Malgré le fait que l’application Store soit en version bêta (un peu comme tout le système en fin de compte), elle a plutôt fière allure. Les onglets principaux permettent de basculer entre l’accueil, les applications, les jeux et les films. Les icônes sur la droite, à côté du champ de recherche, permettent d’afficher la file d’attente des téléchargements, les paramètres ou le profil de l’utilisateur. Enfin, la présentation des éléments est bien plus attrayante qu’auparavant.

Lorsque vous choisissez l’option Paramètres depuis le nouveau menu Démarrer, vous tombez sur cette nouvelle fenêtre qui présente une toute nouvelle organisation. La barre latérale n’apparait plus lorsqu’on se trouve sur la page principale.

Parmi les catégories on retrouve notamment la gestion du réseau et des périphériques, la gestion des comptes, de l’heure, de la langue, etc. Notez que les mises à jour doivent absolument être effectuées depuis cet endroit car il n’existe plus d’icône “Windows Update” dans le panneau de configuration classique.

Le Panneau de configuration est toujours accessible : appuyez simultanément sur la touche Windows du clavier + “X” pour ouvrir le menu “Super utilisateur” puis choisissez “Panneau de configuration”. On retrouve les nombreuses catégories que l’on connait très bien à présent : affichage, centre réseau et partage, clavier, comptes d’utilisateur, langue, options d’alimentation, et encore bien d’autres.

La recherche change elle aussi : plus question d’afficher en plein écran les résultats ou sous forme d’une barre latérale ancrée à droite. L’icône de recherche se trouvant dans le coin inférieur gauche, les résultats s’affichent sous forme de liste moins imposante. En premier on retrouve donc ce qui correspond le mieux à notre saisie, suivi des suggestions au niveau des paramètres ou du web. On peut cliquer sur l’option “Rechercher dans mes documents personnels” afin d’analyser les fichiers de l’utilisateur.

Microsoft Cortana est également de la partie mais n’est pas disponible lorsqu’on choisit la région “Belgique”. Il faut alors sélectionner “France” si on veut s’amuser à lui poser des questions. Il faudra encore patienter avant que l’assistant vocal n’arrive chez nous.

Les raccourcis ne changent pas ; Windows+Q et Windows+F permettent toujours d’activer le champ de recherche et de positionner le curseur dans celui-ci. Le deuxième cependant a un fonctionnement différent ; il ouvre l’écran d’accueil / menu démarrer (selon le mode actif) et donne le focus au champ de saisie. Sauf si je dis une bêtise, il semblerait que les deux combinaisons entrainent le même résultat ; plus question de rechercher directement dans les fichiers de l’utilisateur lorsqu’on utilise la seconde.

Nouveauté de la build 10049 : Projet Spartan ! Il s’agit du tout nouveau navigateur internet de Microsoft, qui sera défini par défaut. Internet Explorer 11 est conservé mais ne servira uniquement que pour la compatibilité et donc pour les développeurs qui voudraient rendre leurs sites accessibles avec d’anciennes versions. Celui-ci propose un tout nouveau moteur et devrait être, selon la firme, plus intuitif et bien plus léger.

Dans la version finale l’utilisateur sera par exemple capable de prendre des notes à la volée à l’aide d’un stylet et ce directement sur les pages. Nous verrons plus tard ce qu’il propose comme fonctionnalités jusqu’à présent car il n’est encore qu’en bêta lui aussi.

Enfin petite déception lors de ce second essai : lorsqu’on bascule en mode tablette, on constate que l’explorateur de fichiers est également utilisé pour parcourir les fichiers. Étonnant puisque Microsoft avait introduit une applications Fichiers sous Windows 8/8.1. Pourquoi celle-ci n’est-elle donc pas reprise ? Soit elle est toujours en développement, soit il n’y en aura tout simplement aucune. Il ne reste plus qu’à voir si le tactile permet d’utiliser correctement l’explorateur actuel…

Et après?

Il reste beaucoup de choses à voir dans le nouveau système de Microsoft mais cela semble plutôt prometteur. Quelques défauts de conception sont encore présents mais rien n’est parfait, pas vrai ? On peut retirer du positif dans cette histoire ; la firme est à l’écoute de ses utilisateurs et les retours sont pris en compte. On a donc une communauté très active autour de Windows 10 et cela a clairement permis d’aller de l’avant et d’oublier les “erreurs” commises sur les versions 8 et 8.1.

On apprend par ailleurs qu’une build 10051 a fuité. D’après les différentes sources d’information (Clubic, Generation-NT, Begeek) celle-ci laisserait apparaitre quelques nouveautés au niveau des applications Courrier et Calendrier. L’ergonomie de la première a été revue ; apparition du menu “hamburger” (avec les trois traits), des nouveaux gestes tactiles, ainsi que des onglets pour la mise en forme. Quant à l’application Calendrier, elle arbore un look similaire et gère les calendriers Google. Est-ce que Microsoft en dévoilera plus lors de la prochaine conférence qui a lieu le 29 avril ? A suivre.

[Preview] Premiers pas sous Windows 10

[Preview] Premiers pas sous Windows 10

J’ai enfin décidé de partir à la découverte de la Technical Preview de Windows 10. Je me suis donc inscrit au programme Windows Insider et je me suis empressé de télécharger le dernier fichier ISO en date, à savoir celui de la build 10041 (x86). Pour l’installer et l’exécuter, j’ai choisi d’utiliser Oracle Virtual Box qui est une solution gratuite et légère pour créer des machines virtuelles. Installez le logiciel et téléchargez également le pack d’extensions pour l’activation de l’amorçage PXE, de Direct 3D et le support de l’USB 2.0 EHCI. Nous l’installerons plus tard sur le système invité car cela peut parfois poser quelques problèmes.

Avant toute chose, vous devez vous rendre dans le BIOS de votre ordinateur et activer la technologie de virtualisation (AMD-V ou Intel VT-x), sinon lors du lancement du processus d’installation vous obtiendrez une superbe erreur totalement incompréhensible.

Création d’une VM

Vous allez voir, c’est très facile à réaliser ! Créez une machine dans Virtual Box en cliquant sur le bouton “Nouvelle”. Suivez les étapes à l’écran et définissez les paramètres lors du passage en revue des différentes étapes. Vous pouvez vous inspirer des valeurs suivantes:

  • Nom : à votre guise.
  • Cible : Windows 10 32 bits.
  • Mémoire vive : indiquez la quantité de mémoire à utiliser par le système invité. Attention de ne pas définir cette valeur trop haut par rapport aux ressources disponibles sur votre machine.
  • Créer un disque dur virtuel.
  • Type VDI de taille fixe.
  • 50 Go suffiront pour l’espace.

Lorsque le disque est créé, vous pouvez définir d’autres paramètres. Sélectionnez la machine virtuelle fraichement créée, ensuite cliquez sur le bouton “Configuration”. Voici les paramètres utilisés pour les différents tests repris dans cet article:

  • Onglet “Système”
    • Ordre d’amorçage : désactiver “Disquette”.
    • Accélération : VT-x, pagination imbriquée, PAE/NX.
    • Carte mère : activation EFI, Chipset PIIX3.
    • Processeur : à configurer en fonction du nombre de cœurs présents sur votre machine. Dans mon cas j’ai mis 2, même si je dispose de plus de ressources sur ma machine de test.
  • Onglet “Affichage”
    • Vidéo : mémoire à 256 Mo (minimum recommandé = 128).
    • Nombre d’écrans : 1.
    • Accélération : 2D + 3D.
    • Bureau/Capture : désactivés.

Cliquez sur OK pour valider les modifications. Le résumé s’affiche alors dans la partie droite de la fenêtre principale de Virtual Box. Si vous démarrez la machine virtuelle maintenant, vous n’obtiendrez rien de très convaincant. Nous allons voir ce qu’il faut faire à partir de maintenant…

Monter l’ISO pour l’installation

La prochaine étape consiste à démarrer sur l’image de Windows 10 que vous venez de télécharger sur Windows Insider. Placez cette image dans le dossier de votre choix afin de la retrouver aisément. Dans Virtual Box, positionnez-vous sur la machine virtuelle puis cliquez sur “Configuration”. Dans la fenêtre qui s’ouvre, cliquez sur “Stockage” puis sur la ligne [vide] sous la mention “Contrôleur IDE”. A droite, cliquez sur la petite icône pour ouvrir un menu déroulant qui vous permet de choisir un fichier ISO à monter. Sélectionnez l’image, ensuite démarrez la machine virtuelle.

Lors du démarrage, vous devriez voir apparaitre la mention “Press a key to boot on CD or DVD…“. Si ce n’est pas le cas, vérifiez l’ordre d’amorçage dans l’onglet “Système” et assurez-vous de bien avoir sélectionné l’image dans l’onglet “Stockage” pour le contrôleur IDE. Si c’est le cas vous devriez voir également dans le résumé le nom du fichier choisi.

Lancer l’installation de Windows 10

Windows charge les fichiers puis affiche le sélecteur de langues. Jusqu’à présent aucun changement par rapport à l’installation de la version 8 du système d’exploitation. Sélectionnez la langue “Français” et “Belgique” pour le pays, puis cliquez sur “Suivant”.

Cliquez sur le bouton “Installer maintenant“. Les choses sérieuses peuvent enfin commencer ! L’écran suivant vous propose soit de mettre à niveau, soit d’installer de manière personnalisée. C’est cette deuxième option que l’on choisit, car elle nous permet de choisir le disque sur lequel installer. Dans notre cas, il n’y a aucune partition allouée. Cliquez immédiatement sur “Suivant”.

L’installation commence ; la copie des fichiers peut prendre un certain temps. Une fois terminée, vous serez invités à redémarrer la machine. Toujours aucune différence par rapport à l’installation de Windows 8. C’est toujours aussi simple et intuitif.

La machine virtuelle redémarre alors ; le processus d’installation termine donc d’initialiser les différents pilotes. Ensuite, il est nécessaire d’effectuer la configuration de base. Sur le premier écran, nous choisissons la méthode dite “rapide”. Nous utilisons donc les paramètres par défaut pour les couleurs, ainsi que pour les options de mise à jour, d’ergonomie, etc.

Créer le compte et afficher le bureau

Ensuite, il faudra créer votre compte. Si vous n’avez pas branché de câble réseau, l’installateur devrait vous proposer de générer un compte local. Cependant, si vous êtes connectés à internet, Windows vous proposera d’utiliser votre compte Microsoft. Ce n’est pas obligatoire : cliquez sur “Connexion” à droite puis “Connecter mon compte ultérieurement”.

Saisissez les informations relatives au compte – nom d’utilisateur, mot de passe, et indication. Confirmez la création / connexion ; comme sur Windows 8, il faut un certain temps avant que le bureau soit prêt. Le système d’exploitation configure les applications du Store et différents points avant que vous ne puissiez utiliser l’ordinateur. Après quelques secondes – voire minutes – on voit apparaitre le fameux nouveau bureau !

Nous pouvons constater un tout nouveau look pour les icônes, type “flat design“. Cela peut paraitre bizarre à première vue mais on s’y habitue assez rapidement. On retrouve également une barre de recherche dans la barre de tâches, à côté du bouton du menu démarrer.

A droite de celle-ci, un tout nouveau bouton fait son apparition : il permet d’accéder aux tâches ouvertes mais aussi de créer d’autres bureaux. Longtemps absente du système, cette fonctionnalité ravira les utilisateurs qui passaient par des solutions tierces pour générer des bureaux virtuels.

Windows propose désormais un centre de notifications qui s’affiche sous forme de barre latérale.Il regroupe de nombreux raccourcis sous forme de tuile afin de gérer l’activation/désactivation du mode avion, du Wi-Fi ou bien du mode tablette. Il affiche aussi toutes les notifications émises par les logiciels, comme on peut le constater dans la capture d’écran ci-dessus. L’utilisateur peut alors interagir avec celles-ci ; on peut cliquer pour accéder à l’application en question, ou effacer un élément (ou tous) de la liste.

S’il y a bien une chose que les utilisateurs attendaient, c’est le retour du menu Démarrer. Absent de Windows 8 et 8.1, il refait surface en proposant un sacré lifting. A gauche, on retrouve la liste des applications fréquemment utilisées, ainsi qu’un raccourci vers l’explorateur de fichiers, les documents ou bien les paramètres du PC.

Dans le coin inférieur gauche, on peut afficher la liste de toutes les applications installées. Enfin sur la droite, on retrouve le système de tuiles qui avait été introduit avec l’écran d’accueil, un bouton d’extinction/redémarrage, et un basculer en plein écran.

Et après?

J’ai voulu commencer plutôt doucement car malgré tout, le système semble plutôt instable dans certaines conditions ; j’ai, après quelques essais infructueux, su passer à la build 10049 qui inclut le projet Spartan, nouveau navigateur web de Microsoft, censé remplacer Internet Explorer 11 à terme. Bien sûr toutes ces expériences ne sauraient être reprises dans un seul et unique article.

C’est pourquoi je compte écrire davantage de billets pour expliquer les nouveautés phare du nouveau système d’exploitation Windows 10. Revenez dans quelques jours pour d’autres nouveautés !

[Android] SwiftKey disponible gratuitement

[Android] SwiftKey disponible gratuitement

Bonne nouvelle ! Alors que le clavier SwiftKey pour Android était payant, celui-ci peut désormais être téléchargé gratuitement sur votre smartphone dès aujourd’hui. Il s’agit là d’un des claviers les plus populaires en guise d’alternative au clavier de base proposé par Google, ce dernier ayant tout de même bien évolué au fil des années.

SwiftKey propose la prédiction de saisie et peut apprendre en synchronisant des données avec plusieurs services comme Facebook ou Gmail (analyse du contenu de vos messages par exemple).

L’application peut être téléchargée sur le Google Play Store en suivant ce lien. Ceux qui ont déjà acheté l’application obtiendront un pack de 10 thèmes, d’une valeur de 5 euros. Étant donné le prix initial, c’est fort généreux. Alors qu’attendez-vous ? Il ne vous reste plus qu’à foncer !

Sources

Clubic

[Actualités] Les grands moments de 2013, Pt. I

[Actualités] Les grands moments de 2013, Pt. I

Et voilà une année de plus qui se termine et qui, comme toujours, a été riche en nouvelles technologies. Cette fois, nous n’avons pas eu à craindre une éventuelle fin du monde, bien qu’en ce moment il semblerait que les éléments soient plutôt déchainés. Une fois n’est pas coutume, nous allons revenir sur les moments qui ont marqué 2013, sans pour autant être totalement exhaustif. On parlera donc de smartphones et de tablettes, de jeux vidéos (en évoquant le concept des Steam Machines et de SteamOS, mais aussi la next-gen), ainsi que de Windows 8.1 et des logiciels qui peuvent vous rendre des services au quotidien.

Smartphones et baladeurs

Les deux principaux acteurs de la téléphonie ont encore frappé fort cette année. D’un côté, Apple nous offre une “mise à jour” de son iPhone, mais le décline en deux modèles : l’iPhone 5S, et le 5C, qui a été baptisé à tort “iPhone Cheap”, à cause de sa coque en polycarbonate et de son prix plutôt élevé. L’iPhone 5S adopte la configuration suivante : puce A7 64 bits, écran Rétina avec une définition de 1136 x 640 pixels (326 ppp), un appareil iSight 8 mpx, et il fonctionne sous iOS 7, qui a été introduit en même temps que la sortie de ces modèles. Le Wi-Fi “n” et le Bluetooth 4.0 sont évidemment présents, mais pas de NFC.

Du côté de son grand concurrent Samsung, on retrouve le fameux Samsung Galaxy S4 GT-I9505, disponible en plusieurs couleurs, avec des caractéristiques très alléchantes (par exemple, un processeur Snapdragon 600 Quad Core cadencé à 1,9 Ghz, un écran Super AMOLED avec une définition “Full HD” 1920×1080, Android 4.2.2 avec possibilité de mise à jour vers la version 4.3, la compatibilité 4G LTE, le NFC, le Bluetooth 4.0, un appareil photo de 13 mpx, etc).

Il existe également une version “mini”, mais qui est différente au niveau des caractéristiques. On retrouve un processeur Qualcomm Snapdragon 400 Dual Core cadencé à 1,7 Ghz, 1 Go de mémoire vive, un écran qHD Super AMOLED, et une capacité de stockage de 8 Go qui peut être étendue grâce au slot microSD. Les performances sont donc légèrement inférieures par rapport à celles du GT-I9505.Samsung en a également profité pour apporter un nouveau design à plusieurs modèles, en lançant la gamme “La Fleur”. La collection regroupe les Galaxy S3, Galaxy S3 Mini, Galaxy S Duos, Galaxy Ace 2 et Galaxy Ace Duos. Les coques arborent tout simplement des motifs floraux.

Google nous rejoue également le même scénario qu’en fin d’année 2012 : avec sa gamme Nexus, il marque encore un grand coup ! En effet, le rapport qualité / prix est tout bonnement intéressant. Toujours fabriqué par LG, il est doté d’une mémoire de stockage de 16 Go, un écran IPS Full HD de 4,95 pouces, un SoC Qualcomm Snapdragon 800 cadencé à une vitesse de 2,3 ghz, une mémoire vive de 2 Go, un capteur de 8 mpx et une batterie de 2300 mAh. Son écran de qualité et ses performances le placent dans les premiers, surtout que son prix de lancement de 349 euros n’est pas à ignorer. On regrettera sans doute l’autonomie un peu faible et l’absence du slot pour cartes microSD.

Bien entendu, il ne faut pas ignorer le travail effectué par d’autres marques. Par exemple, l’Acer Liquid E2 est un très bon compromis et une très bonne évolution par rapport au premier modèle. La marque française Alcatel a également fait son retour sur le marché de la téléphonie : l’Idol X a passé quelques tests et se classe plutôt bien.

Enfin, il ne faut pas hésiter à regarder du côté des Windows Phone de chez Nokia (ex : le Lumia 1020, ou en entrée de gamme, le Lumia 520), ou même se tourner vers des androphones de marques plus “timides” comme Wiko.Côté baladeurs, rien de bien transcendant. Les annonces se font rare, et le dernier en date à avoir été testé (par Les Numériques) est un Sony Walkman NWZ-E584. Un son propre, 8 Go dédiés au stockage, mais des écouteurs propriétaires. On notera l’autonomie record de 75 heures !

Si vous n’avez pas eu le temps d’offrir l’un de ces bijoux à votre bien aimé(e), alors il est encore temps de vous ruiner à l’occasion de la Saint-Valentin, qui se rapproche.

La carte de la mise à jour

Avec Windows 8.1, il tenait à cœur à la firme de Redmond de corriger ses erreurs, en proposant un lot d’améliorations aux utilisateurs. Rappelez-vous : Windows 8, c’est ce système d’exploitation qui propose à la fois une interface conçue pour les appareils tactiles, mais également une interface classique que l’on manie à la souris et au clavier. Vue comme un “Service Pack” par certains, la version 8.1 – entièrement gratuite – est un nouveau système à part entière. Il s’agit bien d’une mise à jour du noyau, apportant diverses corrections et des évolutions, notamment au niveau de l’architecture des pilotes ou de la virtualisation.

Alors que beaucoup d’internautes espéraient retrouver un vrai menu “démarrer” dans la barre de tâches, il ne s’agit là que d’un moyen pour revenir directement à l’écran d’accueil. Microsoft en a également profité pour apporter des options afin de modifier le comportement de l’écran d’accueil et de la barre des charmes. Les applications telles que Windows Store, Courrier, ou Internet Explorer, ont été mises à jour pour améliorer l’ergonomie générale.

Voir aussi :

Mise à jour matérielle également

Microsoft a également dévoilé deux nouvelles tablettes : la Surface 2 et la Surface 2 Pro. Comme pour les premiers modèles, l’un propose une puce mobile avec Windows RT 8.1, l’autre propose un processeur Intel avec Windows 8.1. Il y a quelques jours, la rupture de stock était annoncée.

Sur la toile…

La sécurité sur internet

On l’a vu tout au long de l’année : il est important de prendre des mesures de précaution lorsqu’on navigue sur internet. Cependant, il est parfois trop tard, et on se retrouve face à des logiciels malveillants qui peuvent engendrer de nombreux soucis. Souvenez-vous du fameux ransonware “gendarmerie” qui vous demande de débourser une certaine somme pour débloquer votre ordinateur.

Mais la sécurité ne se résume pas qu’à se défendre contre ce type d’arnaque. N’hésitez pas à changer vos mots de passe régulièrement pour éviter le vol d’informations sensibles et évitez d’utiliser trop souvent la même combinaison sur différents sites. Méfiez-vous des réseaux sociaux et ne divulguez rien qui pourrait vous porter préjudice. Par exemple, on peut très bien s’exposer en informant ses contacts que l’on part en vacances une semaine, ce qui n’est pas très malin.

Réseaux sociaux côtés en bourse

Après Facebook, Twitter a réussi son entrée. Cependant, l’action continue de diminuer. Investir ou ne pas investir, telle est la question ? Nous ne sommes pas là pour spéculer, ce ne serait pas très sérieux.

De grands hommes disparaissent…

L’informatique et les jeux vidéo ont bien évolué. Et cela, on le doit bien sûr à des hommes et des femmes qui ont travaillé dur. Certains qu’on qualifiera même de génies ! Par exemple, Douglas Engelbart (Oregon, USA), inventa la première souris ! Celle-ci était faite de bois avec deux roues métalliques. Le brevet a été accordé en 1970. Ce pionnier de l’informatique est décédé le 2 juillet, à son domicile.

Le romancier Tom Clancy, décédé le 1er octobre de l’année 2013, a également collaboré avec plusieurs studios pour le développement de jeux vidéos orientés “espionnage”. Ses romans Rainbow Six ont donné naissance à un jeu du même nom. L’auteur du best-seller “Octobre Rouge” avait 66 ans.

Et après?

Nous devons encore parler des jeux vidéo en abordant bien sûr la next-gen ainsi que le concept des Steam Machines, qui est sur la voie d’être bien réel ! En effet, l’OS façon Steam est déjà sorti et les machines sont déjà en test chez certains chanceux. Puis nous en profiterons également pour faire un peu le tour des nouveautés matérielles et nous vous proposerons une liste de logiciels intéressants pour le quotidien. Bon début d’année à tous et à très bientôt !

[Test] Lenovo Twist

[Test] Lenovo Twist

“Test” est un bien grand mot. En effet, comme vous aurez pu le remarquer, nous n’effectuons pas réellement de benchmarks approfondis, nous ne vous bombardons pas de graphiques extraordinairement compliqués mais qui ne vous serviront peut-être pas (tout le monde n’est pas “geek” comme nous le sommes), nous ne rentrons pas dans les détails techniques comme la fidélité des couleurs de l’écran. Non, nous tenons simplement à partager une expérience avec vous, chers lecteurs, bien que je ne serais pas contre d’avoir à mes côtés des rédacteurs qui seraient prêts à rédiger des billets plus complets…

Aujourd’hui, nous mettons “à l’honneur” le Lenovo Twist S230u équipé d’un Intel Core i5-3317U (1,7 à 2,6 Ghz), de 4 Go de mémoire DDR3 @ 1333 mhz, d’un disque dur de 500 go accompagné d’un SSD de 24 go utilisé pour le cache, de 2 ports USB 3.0, du Bluetooth 4.0, du Wi-Fi 802.11b/g/n, d’une webcam et d’un lecteur de cartes. Cette fois, un port RJ45 est présent.

En terme de finitions, rien n’a vraiment changé dans le design des Lenovo ThinkPad (Cher IBM, nous n’oublierons pas que tu en es à l’origine !). On retrouve toujours le touchpad, dont la taille nous parait un peu petite, mais aussi le fameux trackpad, fidèle au poste. Dommage pour le bord inférieur en noir laqué, comme si l’écran en entier n’était pas assez salissant comme cela. Enfin bon, la matière rugueuse de la coque remonte le niveau, c’est déjà ça.

Nous nous sommes amusés à faire pivoter l’écran, bien entendu. Attention, celui-ci n’est pas détachable. Le mécanisme, quant à lui, semble solide. Aucun signe de faiblesse après quelques manipulations dans tous les sens. Le principe est plutôt convaincant puisque il permet de rapidement tourner l’écran, ce qui peut s’avérer pratique dans une réunion. Oubliez les projecteurs qui se connectent par le biais de câbles VGA : on ne retrouve que du Display Port qui fait office d’unique sortie vidéo.

L’écran est brillant et ça se voit. Lors de l’installation, cela a été légèrement dérangeant, puisque nous étions dos à la fenêtre pour la réaliser. Il est aussi très salissant, mais pour un écran tactile, ce n’est pas vraiment un scoop. Pour information, il est équipé d’une dalle IPS, qui offre des angles de vision ouverts.

Les performances sont au rendez-vous, grâce à son processeur qui lui permet d’encaisser plus que des simples logiciels de bureautique, mais il est également plus réactif qu’un ordinateur équipé d’un simple disque dur. En effet, ici, nous retrouvons un disque SSD de 24 Go qui permet d’exploiter la technologie ExpressCache. Côté graphique, c’est déjà mieux que le HP Envy x2 puisqu’ici, on retrouve un chipset Intel HD 4000. A noter qu’il existe des configurations plus puissantes (Core i7, SSD uniquement, …).

Windows 8 se porte comme un charme sur ce genre d’appareil. Le démarrage est rapide, pas autant qu’avec un SSD, mais suffisant pour ne pas s’énerver pendant l’installation des mises à jour, qui prennent un temps facilement négligeable. La navigation parmi les tuiles est fluide, rien à redire là-dessus. Nous n’avons malheureusement pas testé le mode portrait pour voir comment se comportait la machine lors de la transition.

Honnêtement, il s’agit d’un ordinateur vraiment intéressant, même si son autonomie déçoit. Bien sûr, avec un tel équipement, on s’attendait à ne pas atteindre des heures et des heures d’utilisation. Pourtant, en se limitant à certaines activités, il est possible de tenir 3h30, et jusqu’à 4 heures, dans le meilleur des cas. Autre petit bémol : son poids qui peut en rebuter certains, puisqu’il pèse 1,56 Kg, ce qui n’est pas forcément idéal lorsqu’on doit le porter constamment. Il n’en reste pas moins un très bon ordinateur, clairement destiné à un usage professionnel.

[Test] HP Envy x2

[Test] HP Envy x2

Nous avons reçu une nouvelle machine avec laquelle nous avons pu nous amuser : il s’agit du HP Envy x2, qui est un hybride tablette-netbook, équipé d’un processeur Intel Atom Z2760 Dual Core (avec Hyper-Threading), cadencé à 1,8 Ghz, un écran BrightView IPS de 11,6 pouces avec une définition de 1366×768, ce qui permet l’affichage des fenêtres dans leur intégralité contrairement à certains netbooks, un disque SSD de type eMMC de 64 Go, et 2 Go de mémoire LPDDR2 @ 533 Mhz.

Côté connectivité et réseau, on ne retrouve pas de ports USB 3.0 malheureusement, par contre les technologies NFC (partage par simple contact), Wi-Fi (a/b/g/n) et Bluetooth, sont de la partie.

Nous n’allons pas vraiment rentrer dans des détails trop techniques comme le font certains sites, donc exit les graphiques trop compliqués et l’analyse des couleurs de l’écran par l’intermédiaire d’une sonde. Le but ici est de vous faire partager nos impressions lors des différentes utilisations.L’ergonomie est basique, car on ne retrouve pas de port réseau RJ45 ni de ports USB 3.0. Sur la tablette, un lecteur de cartes microSD est présent, ce qui permet d’augmenter l’espace de stockage. Une prise casque est également présente, mais nous n’avons rien testé au niveau de l’audio.

Nous avons été enchantés par la finition de l’engin. Pas de matières “glossy” sur la coque ni sur le dock. Quel miracle, il ne faudra nettoyer que l’écran ! Le clavier est agréable et assez silencieux, et le touchpad est suffisamment grand, même si pour le configurer, nous avons préféré employer une souris. Cependant, nous avons été déçus par le mécanisme et le bouton pour retirer la tablette du dock, qui ne nous ont pas semblés aussi solides que ça, contrairement à ce que disent d’autres sites de test.

En ce qui concerne l’écran, il semble être de bonne facture. Il est suffisamment lumineux pour nos collègues, et il permet d’afficher un nombre correct de données à l’écran (dalle en 1366×768). Il est donc adapté pour l’utilisation de nos logiciels. C’est pour nous un critère important.

Là où le bât blesse, c’est qu’il se limite à la bureautique, puisque son processeur, un simple Intel Atom Z2760, ne permet pas de faire de folies, et son chipset graphique Intel ne brille pas par ses performances. Il reste pourtant très réactif (sauf pour l’installation de mises à jour Windows) grâce au SSD eMMC et fluide dans les applications de type Métro. Mais ne comptez pas sur lui pour des traitements vidéo ou des traitements d’image en masse, donc il faudra se limiter aux applications qui ne demandent pas trop de calculs à votre processeur (par exemple, des applications client/serveur qui rapatrient des données à distance). N’espérez pas non plus jouer à des jeux plus aboutis que Angry Birds, ce serait vraiment vous torturer pour rien.

Nous avions été attirés surtout par son autonomie intéressante, puisqu’on a pu lire qu’il pouvait rester éveillé 7h selon les activités pratiquées (en mode tablette) et jusqu’à 14 heures avec le dock connecté. Il n’en est rien puisque nous avons visiblement reçu un modèle défectueux : la batterie du dock, pourtant chargée à 100%, perd jusqu’à 50 % d’autonomie après une matinée sans être sollicitée (le dock étant connecté à la tablette, elle-même éteinte) ! La batterie de la tablette semblait bien s’en sortir en revanche.

Autre petit bémol : le bouton d’allumage. Encore un défaut sur le modèle que nous avons reçu puisqu’il faut s’y reprendre à plusieurs reprises pour allumer la bête (parfois jusqu’à cinq ou six fois). Nous n’avons vraiment pas compris comment cela était possible… Etant donné ces problèmes, nous avons demandé à faire un échange standard.

Ce modèle conçu par HP se rapproche donc plus du Samsung Ativ Smart PC ou de l’Iconia W510 d’Acer. Un manque de performances notable qui le limite à la bureautique pure et dure, mais une autonomie qui relance le débat. Dans une gamme différente, le Lenovo Twist (13”) s’en sort mieux car il propose une configuration relativement plus puissante, pour un prix pas tellement plus élevé. Le seul hic, c’est son autonomie qui lui permet de tenir 3h30 à 4h, contrairement à la machine dont nous venons de parler. Dans un style qui se rapproche plus de l’HP Envy X2, Asus veut nous vendre du rêve avec son hybride Transformer Book TX300, qui sera aussi livré avec un dock équipé d’une batterie. De quoi allier puissance et autonomie honnête. Il reste à voir si les tests confirment nos attentes.

[WD18] TDF Technique @ Bruxelles

[WD18] TDF Technique @ Bruxelles

Comme chaque année, la société PC SOFT organise ce qu’on appelle le “Tour de France Technique” et passe à Bruxelles, où plutôt à Braine l’Alleud, afin de présenter sa nouvelle version. En général, il a lieu deux fois l’année, une fois quand le produit est sur le point de sortir, et la fois suivante lorsqu’il est déjà sur le marché avec une ou deux mises à jour à télécharger.

Le principe de cette “conférence” de 4 heures est très simple : mettre en avant WinDev et ses nouvelles fonctionnalités avec des exemples concrets. Un support de cours complet sur DVD est fourni à l’accueil, avec tous les exemples et les composants détaillés pendant la session.

Comme toujours, avant de prendre place dans la salle, distribution de goodies pour tous. Cette fois-ci, nous avons reçu un stylo plutôt étrange, avec des yeux en plastique qui tournent dès qu’on les agite, mais aussi un thermo, et enfin un t-shirt WD18. Nous recevons également un sac pour y ranger la farde, le bloc-notes, les publicités, et tous les objets reçus par la suite.

Tout le monde est installé, on peut commencer. Pour ne pas changer, une interview d’un client utilisant le produit de PC SOFT, est diffusée. Cette fois, c’est le patron d’Intersport qui s’y est collé. Gros coup marketing : c’est peut-être l’un des principaux défauts du TDF, en plus des nombreux silences et d’une impression de “récitation par cœur”.

Malgré le fait que nous n’utilisons pas la dernière version de l’AGL, c’est avec plaisir que je découvre certaines fonctionnalités, qui sont clairement plus explicites lorsqu’elles sont accompagnées d’exemples. La première qui me vient à l’esprit : l’apparition du ruban, comme dans les applications récentes de Microsoft. Les options paraissent plus clair, le tout parait moins fouillis que lorsqu’on utilise les barres d’outils. On retrouve donc cinq onglets permanents, et d’autres contextuels (comme dans Word, lorsqu’on sélectionne un tableau, un onglet supplémentaire apparait pour le gérer). Pour ceux qui n’aiment pas le changement, on peut repasser aisément à l’ancienne configuration.

La recherche dans l’éditeur s’est améliorée : plus claire, plus intuitive, et la possibilité d’affiner les résultats selon plusieurs critères. Les occurrences sont regroupées par type d’élément pour s’y retrouver plus facilement. Différents modes de recherche (texte, expression régulière), sont regroupées dans un menu du volet. Mieux encore : il est possible d’ouvrir jusqu’à cinq volets de recherche différents.

Le champ plébiscité par tous est arrivé : le tableau croisé dynamique (cube rOlap). Sur base de tables de votre base de données, vous pouvez créer avec l’assistant, en quelques clics, un superbe tableau dynamique, en gérant les données en ligne, en colonne, ainsi que le nombre d’éléments traités. Ensuite, les FAA (“Fonctionnalités Avancées de l’Application”) permettront aux utilisateurs de modifier l’affichage à leur guise ou d’exporter le tout en Excel. A noter que des nouvelles fonctions WLangage ont fait leur apparition afin de gérer la création, la mise à jour et la sauvegarde.

Peu de temps après, présentation du fameux “PCSCloud”, un service “dans les nuages”, payant en fonction de vos besoins, personnalisable à souhait (nombre de processeurs utilisés, puissance, mémoire, etc), sur lequel vous hébergez des sites développés en WebDev, mais aussi des Web Services ou vos fichiers d’installation et de mises à jour d’applications, destinés aux clients. Pour plus de détails, rendez-vous sur le portail PCSCloud.

Ensuite, démonstration rapide de relooking dans WebDev. Comment transformer rapidement un site en modifiant le modèle de pages, les styles CSS3 via la “fenêtre aux 7 onglets”, les menus, en rajoutant des popups, etc. Le résultat est assez impressionnant et visuellement parlant, ça donne franchement bien.

Aujourd’hui, les périphériques mobiles étaient clairement mis en avant (en plus du fameux Windows 8). Tablettes, smartphones, et même une montre Sony fonctionnant sous Android. Création d’une application simple sous Android en 3 minutes 15, présentation des nouveaux champs et des améliorations d’anciens, démonstration d’applications fonctionnant sous Windows Phone 8.

Difficile de continuer à tout vous citer… Parmi les autres sujets, il y a eu en vrac : des améliorations du WLangage (nouvelles fonctions, nouveaux types de variables, etc), la réplication de données d’un serveur HFSQL à un autre, le concept de bases de données “Big Data”, le concept – pas nouveau – de versioning en utilisant le GDS (“Gestionnaire De Sources”), l’utilisation d’API externes et de SDK, comme Kinect, pour créer, par exemple, des applications réagissant aux mouvements du visage. Nous avons également eu droit au fameux jeu “Trouvez le bug”, au cours duquel il était possible de remporter un T-Shirt supplémentaire… J’en ai eu un, youpie !

Pour conclure, une petite mise en scène plutôt comique, et le tirage au sort, qui ne m’a pas été favorable. Peut-être pour une prochaine fois ? Le gros lot était une mini-chaine Philips avec dock iPhone ! Un très bel objet…

[Actualités] Les grands moments de 2012, Pt. I

[Actualités] Les grands moments de 2012, Pt. I

L’année 2012 est enfin passée, et nous avons échappé à la fin du monde, bien que ceci fut une vaste blague montée de toute pièce par des hurluberlus. Bref, nous allons revenir sur les nouveautés technologiques, mais aussi sur les jeux vidéos qui auront marqué cette grande année, les annonces qui nous rendent fou et totalement impatients, les sorties logicielles attendues (ou non), et encore bien d’autres qui vous feront continuellement baver…

L’article sera divisé en deux parties : tout d’abord celle-ci, qui parlera brièvement des smartphones et baladeurs, de Windows 8, et des jeux vidéo qui ont fait la joie d’un grand nombre d’entre nous. La deuxième partie quant à elle, résumera les nouveautés matérielles et logicielles.

Smartphones et baladeurs

L’année a été dure pour Samsung, qui dut se résigner à retirer de la vente certains smartphones du marché allemand notamment, mais aussi à verser des dommages et intérêts à Apple, suite aux diverses plaintes, pour violation de brevets et copie de design tant au niveau logiciel que matériel. Alors que l’encre continue de couler, Samsung n’en finit pas avec ces soucis : récemment la commission européenne a interpelé la firme pour abus de position dominante, concernant des brevets FRAND, essentiels et dont une licence d’utilisation doit obligatoirement être proposée aux concurrents.

C’est là que le bât blesse puisqu’ils ont accusé Apple d’avoir utilisé ces brevets sans accord. Si la commission européenne juge la firme sud-coréenne coupable, elle pourrait être amenée à payer une lourde amende, pouvant atteindre 15 millions de dollars. Affaire à suivre !

Pourtant, l’année a été plutôt riche en évènements pour les deux constructeurs. Alors que Apple “réinvente” l’iPhone en sortant son numéro “5” (équipé d’un processeur Apple A6 cadencé à 1,3 ghz, du système iOS 6 et de l’appareil photo iSight), ainsi que des nouveaux modèles de la tablette phare et des séries “MacBook” (avec écran Rétina), Samsung a su répondre en sortant son magnifique Samsung Galaxy S3 (également en version mini, moins véloce), mais aussi le Galaxy Note 2, sa tablette Galaxy Tab 2, et des nouveaux modèles de smartphones d’entrée et milieu de gamme.

On regrettera que le constructeur à l’icône de pomme rende lui même “obsolète” certains de ses périphériques rien qu’en les supprimant du store. C’est ce qui est arrivé lors de la sortie du nouvel iPad avec écran Rétina puisqu’il n’y avait plus la possibilité d’acheter le modèle précédent qui ne possédait pas encore cette “technologie”.

Nous en oublions presque les autres constructeurs. Il ne faut pas croire qu’ils sont en retrait ; on peut par exemple citer le très bon Nokia Lumia 920, fonctionnant sous le nouveau système d’exploitation Windows Phone 8 et dont les les caractéristiques principales sont les suivantes : grand écran ClearBlack HD de 4,5 pouces (1280 x 768 pixels) avec traitement anti-rayures, processeur Qualcomm Snapdragon 4S double cœur cadencé à 1,5 GHz, mémoire vive de 1 Go, mémoire interne de stockage de 32 Go. Il est aussi considéré comme l’un des meilleurs “photophones” de l’année, c’est dire !

HTC quant à lui en profite pour proposer son modèle 8S (également avec Windows Phone 8) et Sony son nouveau téléphone haut de gamme, à savoir le Xperia T, sous Android Ice Cream Sandwich. Processeur identique au Lumia 920, donc performances globalement similaires. Des alternatives sérieuses face à l’iPhone 5 d’Apple et au Galaxy S3 de Samsung.

Côté baladeurs, Apple en profite pour sortir son Nano pour continuer dans la lignée. Exit le petit carré qu’il était possible d’attacher au poignet ; la firme de Cupertino revient cette fois-ci avec un plus grand écran plus imposant, et offre enfin des écouteurs de qualité correcte (Ear Pods) ; encore faut-il savoir les faire tenir dans les oreilles. Peu de nouveautés même si la qualité sonore est, semble-t-il, au rendez-vous. Encore faudrait-il l’avoir testé !

Notons également la sortie du nouvel l’iPod Touch qui adopte un écran de meilleure qualité et un appareil presque similaire à celui du dernier smartphone de la marque. En revanche, il faudra y mettre le prix… et pas qu’un petit peu.

Samsung quant à lui, réplique avec son Galaxy Player 5.8, qui adopte le même concept : il ressemble lui aussi à un smartphone bien qu’il soit orienté multimédia. Présenté à l’IFA 2012, l’appareil est doté d’un écran de 5,8 pouces, et fonctionnera sous Android ICS 4.0. Bien qu’il soit officialisé, aucun prix ni aucune date de sortie. Alors qu’il tente de s’en sortir, le géant du mobile prend du retard sur la concurrence. Cela ne l’empêche pas, en revanche, de détenir une place importante sur le marché de la téléphonie mobile.

Microsoft dévoile Windows 8

On en a parlé sans cesse de ce petit bleu. Pas si bleu que ça puisque le nouveau système d’exploitation, sorti dans le courant du mois d’octobre 2012, reprend les bonnes bases du noyau précédent, tout en innovant avec de nouvelles fonctionnalités, et surtout une nouvelle interface, Modern UI.

Nouvelle interface, mais aussi diverses optimisations, un nouvel explorateur, une nouvelle mouture d’Internet Explorer. Cependant, la version tablette, Windows RT, ne fait pas l’unanimité. Bien pensé, il s’avère que le système soit peu réactif, du moins sur le matériel actuel. De plus, il occupe près d’un tiers de l’espace disque, ce qui déçoit. Relevons la tête : Office 2013 est inclus (même si encore en version Beta), ce qui est plutôt intéressant d’un point de vue professionnel.

Qui dit Windows 8 dit aussi l’apparition de plus en plus d’hybrides PC-tablette. L’Acer Iconia W510 et la Samsung Ativ Smart PC 500T1 sont deux bons exemples dans leur catégorie. Malgré tout, ces machines ne brillent pas par leurs performances, à cause de leurs processeurs Intel Atom, qui commencent sérieusement à vieillir. Concept prometteur…

Jeux vidéo: let’s play!

Le début de l’année 2012, ou plutôt la fin 2011, a été marquée par la sortie tant attendue du 5ème opus de The Elder Scrolls : Skyrim. Alors que le jeu propose de bonnes idées, les fans de la franchise ont été pourtant très critiques, indiquant que le jeu est plutôt terne, sans vie. Le système d’expérience a lui aussi été vivement critiqué ainsi que les quêtes dites répétitives. N’ayant jamais joué auparavant, c’était tout de même un titre assez plaisant, même si pas exempts de bugs à sa sortie.

L’année a plutôt été bonne pour les joueurs comme pour les éditeurs. En effet, Blizzard nous a servi son troisième Diablo. Autant dire que le lancement a été plutôt chaotique, puisque le jeu requiert une connexion à des serveurs et que le trafic était tel que les problèmes se succédaient. Retour au traditionnel hack & slash, même si certains ont été déçus suite à l’attente.

D’autres grands titres à noter : Halo 4, sur Xbox 360, et donc une exclusivité, mais aussi Dishonored, FIFA 13 pour les fans de foot, Guild Wars 2, Assassin’s Creed 3 pour cette fin d’année. On ne manquera pas de citer Borderlands 2, qui fut l’un des titres les plus attendus, et Far Cry 3. Enfin, si vous aimez assassiner des gens en toute discrétion, ne passez pas à côté d’Hitman : Absolution (toutefois problématique sur certaines consoles lorsque le jeu n’est pas mis à jour).

Ci-dessus, une image extraite de Borderlands 2, tous les graphismes poussés au maximum, sauf le PhysX qui fait grandement diminuer les performances. Et ci-dessous, une image tirée du jeu Far Cry 3 d’Ubisoft (configurez-le à l’aide du guide complet de Clubic, disponible sur le lien ci-présent – faites-vous également une idée de la configuration nécessaire grâce au benchmark complet de Guru3D).

<

Comme les futures consoles se font attendre, et même si des documents à propos de la prochaine Xbox de Microsoft ont brièvement circulé, d’autres solutions existent. Les boitiers PC de taille réduite, au format Micro-ATX ou ATX classique, pour gamers, sont des alternatives intéressantes (on peut quitter le format Mini-ITX), comme le SilverStone Sugo SG09 (image ci-dessous), lequel a été testé en profondeur par Bit-Tech.

Du coup, Valve marque un grand coup avec son interface nommée Big Picture, totalement intégrée à Steam. Entièrement contrôlable avec une manette, et pouvant être retransmise sur une TV HD via un câble HDMI, elle nous convainc davantage de migrer vers une solution “PC de salon”. Une manette Xbox 360, un PC Micro-ATX, un kit clavier-souris pour les occasions, et vous voilà prêts pour des parties endiablées avec des jeux bien souvent plus aboutis que leurs équivalents console.

A noter aussi la sortie de la PlayStation Vita, de la Nintendo 3DS XL mais aussi de la Nintendo Wii U. Dommage que le catalogue soit si vide pour l’instant et que les développeurs ne sachent pas encore tirer pleinement parti de sa puissance, bien que celle-ci soit équivalente à celle d’une PlayStation 3. Heureusement, New Super Mario Bros U est là pour rattraper le coup, et l’idée du gamepad n’est pas trop mauvaise. En espérant que cela calme les impatients ayant dû se coltiner les gigantesques mises à jour pour le bon fonctionnement de la machine.

Enfin, versons une larme puisque Sony a annoncé qu’il arrêterait bientôt de distribuer la PlayStation 2. Démarche stratégique pour multiplier les ventes de sa console phare, sans doute… Qui sait ?

Et après?

Retrouvez d’autres sujets passionnants dans la deuxième partie, à paraitre très bientôt. N’hésitez pas à consulter les nombreux liens dans la section suivante, qui pointent notamment vers les faits d’actualités mentionnés dans ce billet.

Sources

Apple accuse Samsung d’avoir copié des icônes (PCInpact)
Brevets FRAND : Commission européenne vs. Samsung (Clubic)
Cooler Master HAF XB Review (Guru3D)
Far Cry 3 : le guide technique (Clubic)
Far Cry 3 : VGA & CPU benchmark (Guru3D)
La commission européenne interpelle Samsung pour abus de position dominante (LesNumeriques)
La PS2 tire sa révérence (Clubic)
Samsung Galaxy Player 5.8 officialisé (CNet France)
Steam Big Picture : à découvrir sur le site officiel.

[Windows] Microsoft Windows 8 débarque…

[Windows] Microsoft Windows 8 débarque…

Ça y est, Windows 8 est sorti, et est décliné en 13 versions différentes, dont une pour l’architecture ARM : de quoi malheureusement perturber les utilisateurs, qui se demandent quelle version acquérir, sachant que Microsoft fait des promotions limitées de mise à jour. Une offre qui fait débat, car elle a ses avantages et inconvénients. On peut donc, jusqu’au 31 décembre, obtenir une licence de mise à jour à 30 € en téléchargement et 60 € en version boite, pour la version professionnel.

Le principal inconvénient est qu’il faut posséder une machine sur laquelle est installée une version de Windows XP, Vista ou 7. L’avantage quant à lui est le faible prix de celle-ci, même si l’offre est éphémère. Le site Les Numériques indique par ailleurs qu’un ordinateur acheté à partir du 2 juin et utilisant Windows 7 pourra bénéficier de la mise à jour pour seulement 14,99 €. Bonne nouvelle !

Des petits changements pour les utilisateurs de Seven, et des plus grands pour ceux qui viennent d’une plus ancienne version. Malgré tout, Microsoft mise sur la combinaison de deux interfaces et sur des outils qui devraient plaire.

Tout d’abord Modern UI (aussi baptisée “Metro”), pensée pour le tactile, et qui, au grand étonnement de certains, privilégie le défilement horizontal. A l’heure actuelle, c’est un mal pour un bien : beaucoup sont habitués à la lecture à la verticale, mais la firme s’adapte à la majorité des produits des différents constructeurs. Qui sait, cela pourrait avoir du succès.

L’interface classique de Windows est conservée, même si des retouches ont été apportées. Beaucoup pleurent la disparition du menu démarrer : cela est compréhensif du point de vue des habitudes, mais d’après moi cela laisse ressortir une envie d’évolution, et je ne suis absolument pas contre. Pour ceux qui le regrettent tant, diverses solutions peuvent être envisagées, dont l’utilisation du logiciel (payant) Start8, développé par Stardock. On notera également que les styles sont épurés, privilégiant l’aspect carré par rapport aux arrondis.

Au niveau des outils, Windows 8 se démarque de son prédécesseur notamment en proposant un tout nouveau gestionnaire de tâches, plus détaillé, ainsi qu’un explorateur adoptant la barre d’outils en onglet (comme dans Microsoft Office ou Windows Live Writer par exemple). Malheureusement, on peut faire l’impasse sur les fonctionnalités natives de lecture des DVD par Windows Media Player, et la sauvegarde complète du système.

Pour rattraper ses concurrents, Microsoft va également proposer aux utilisateurs son Store, pour acquérir plus facilement certaines applications. Il fait également un grand pas vers le cloud : grâce au Windows Live ID, il sera possible de synchroniser ses documents et paramètres avec Skydrive, qui est désormais bien connu, mais aussi les applications téléchargées dans le magasin afin de pouvoir les installer sur chaque machine que l’on possède. On remarque donc une unification des services pour réduire le nombre d’identifiants nécessaires, ainsi que la dématérialisation des données.

Parmi les autres nouveautés, on remarquera que la copie de fichiers a été améliorée: meilleure gestion des conflits de noms, affichage unique de toutes les copies en cours, affichage de graphiques détaillés. Windows 8 revoit aussi la manière dont il gère les différentes versions de fichiers, même si cette fonctionnalité existait déjà sur Seven. Au niveau de l’applicatif, Internet Explorer 10 est attendu, puisqu’il supportera les nouveaux standards HTML5 et CSS3 ; il est également présent sur la console Xbox 360.

Au niveau des performances, on apprécie les petites améliorations au niveau de la gestion de la mémoire, surtout pour la consommation du système, et un démarrage accéléré, en tout cas lorsque la machine est équipé d’un SSD. Mis à part ça, il semblerait que les jeux se comportent toujours de la même façon… Pas encore un argument pour réellement faire migrer les gamers ou ceux qui comptent les points à 3DMark.

De quoi détrôner l’existant ? Pas selon moi : Windows 7 a encore de beaux jours devant lui, surtout en entreprise et dans les autres milieux où des changements radicaux pourraient être mal reçus. Même Windows XP est encore supporté, donc lui non plus n’a pas dit son dernier mot. Toutefois il ne reste plus qu’à tester pour découvrir le nouveau venu et toutes les autres fonctionnalités que nous n’avons pas citées ici.

A lire également :

N’hésitez pas à partager votre expérience dans les commentaires ci-dessous.

[WM17] Bug avec les zones répétées sous Android

[WM17] Bug avec les zones répétées sous Android

Notre collègue Yannick V. nous a décelé un bug dans Windev Mobile 17 version 06F170078n avec les zones répétées sous Android. Pourquoi ne pas avoir utilisé un tableau alors ? Parce que, comme il est précisé dans la documentation de l’AGL, il est impossible d’utiliser ceux-ci pour des questions de sécurité et de gestion du tactile qui ne serait pas adéquate.

Créer une zone répétée et la tester

Dans l’exemple, nous allons créer une zone répétée très simple qui contiendra un libellé. Nous allons ensuite, dans la description, définir un nouvel attribut sur le champ “Libellé” et choisir la propriété “Valeur”, comme dans l’aperçu écran ci-dessous.

Dans l’onglet détail, il est important de spécifier le nombre de colonne de la zone répétée pour que les données soient affichées correctement (Il faut donc connaitre le nombre de rubriques que contient la table à afficher). N’hésitez pas à jouer sur les tailles et à tester sur différents appareils (tablettes, GSM).

Pour remplir la zone répétée, notre cher collègue a utilisé un code très simple, à placer dans une boucle par exemple. Il insère, dans chaque zone, une chaine appelée “sResultat”, qui est mise à jour à chaque tour de boucle avec un ExtraitChaine sur une chaine de base (par exemple, “sBaseChaine“) dont les valeurs sont séparées par des retours chariots (caractère <RC>).

Si tout va bien, voici le résultat que l’on obtient à la fois dans l’émulateur et à la fois sur un smartphone Samsung Galaxy Ace. Il ne reste plus qu’à manipuler la zone et les différents indices pour personnaliser l’affichage (couleurs, hauteur, largeur, etc).

Le bug rencontré

Mais venons-en au fameux problème rencontré les jours précédents. En fait, dans les versions récentes d’Android (4+), lorsqu’on se rend dans les paramètres, puis dans l’onglet “Options pour développeurs“, on peut activer l’option “Forcer le rendu GPU pour les applications 2D“.

Le fait d’activer cette option entraine le phénomène suivant : l’utilisation de l’indice sur la zone n’a pas d’effet et la valeur de chaque élément sera écrasée par l’ajout de la suivante, et ce jusqu’en fin de boucle. On se retrouve donc, dans notre exemple, avec des libellés valant “ROBERT” dans chacune des cases. Il faut donc désactiver cette option dans les paramètres du système. Ce problème s’est produit sur une tablette Asus TF101 et a été signalé au support technique gratuit de PC SOFT.

Merci à notre collègue Yannick V. d’avoir trouvé la source du problème. En effet, c’est en bidouillant dans les options et en essayant divers paramètres qu’il en est arrivé à cette solution. Espérons qu’un correctif soit assez rapidement mis en place. La patience est de mise…